Le Venezuela libéré d’Hugo Chavez…

Letter From Hugo Chavez To Africa – LeCongolais v2.7

Le président Hugo Chavez vient d’annoncer que son état de santé ne lui permettra pas de prêter serment le 10 janvier.
Une bonne nouvelle pour le Venezuela qui va de nouveau pouvoir se débarrasser d’un dictateur encombrant. Hugo Chavez après s’être octroyé tous les pouvoirs pensait régner jusqu’à la nuit des temps à la mode Fidel Castro, son grand ami ainsi que celui de Danielle Mitterrand…
L’opposition se réjouit de ces complications médicales écartant définitivement (espèrent-t-ils) le dictateur.
Le Venezuela aspire à retrouver un modèle démocratique de l’époque de Romulo Betancourt, poursuivi par Raúl Leoni.
Raul Leoni était un avocat et homme politique vénézuélien, né à El Manteco le 26 avril 1905.
Il est mort à New-York en 1972. Il était le 40e président de la République du Venezuela entre 1964 et 1969. Raul Leoni avait un cousin germain, Paul Penciolelli avec qui il était en étroite relation, s’appuyant sur son expérience politique pour favoriser l’action démocratique. Il aura été un opposant acharné aux dictateurs Juan Vincente Gomez et Marcos Perez Jiménez.
Paul Penciolelli né à Murato en 1880, avocat lui aussi, a été l’homme de confiance de Georges Clémenceau, puis a occupé diverses fonctions ministérielles et politiques, tout en menant une carrière d’écrivain et d’éditeur.
Le Venezuela est dirigé au cours des années 50 par une dictature qui musèle l’opposition. Le retour de Betancourt au pouvoir, en 1959, puis de Raul Leoni en 1964 est marqué par une importante réforme agraire. Le pétrole, ressource autour de laquelle se développe l’économie vénézuélienne, est nationalisé en 1975. Les revenus qu’il génère permettent de moderniser l’économie du pays. La dépendance du Venezuela à l’industrie pétrolière place cependant les gouvernements dans une position difficile lorsque les cours sont à la baisse. C’est le cas à quelques reprises au cours des années 80 et 90. Des mesures de redressement sévères, ainsi qu’une grave crise financière, en 1994, soulèvent le mécontentement. Il favorise l’élection d’un candidat populiste de gauche, Hugo Chavez, à la présidence en 1999. Opposant avoué du néolibéralisme, celui-ci fait renforcer les pouvoirs présidentiels. Malgré une contestation de plus en plus importante, il obtient un second mandat en 2000.L’élection de Hugo Chavez à la présidence, marque un virage dans la politique extérieure vénézuélienne et noue des liens étroits avec Cuba.
En décembre 1968, Rafael Caldera Rodríguez, le leader du COPEI (Parti social-chrétien), remporta une étroite victoire électorale sur Raul Leoni et fut installé à la tête du pays en mars 1969. Sous le gouvernement de Raoul Léoni, l’agitation politique, si elle persiste, est trés affaiblie. La guérilla, de type castriste, active du temps de Betancourt, n’arrive plus à s’imposer. Le développement de l’énergie Hydroélectrique s’intensifie avec la construction d’un immense barrage sur le Caroni, le principal affluent de l’Orénoque. Barrage qui portait le nom de Raul Leoni.
Pour le Venezuela, une nouvelle ère démocratique est peut-être en marche; le pays peut s’inspirer de son passé pour écrire l’avenir.