Les Retraites à la Hollande…

Tirelire géante : Caisse de retraite - Tirelire Déco et des mots

LA CAPITALISATION  AU SECOURS  DE LA REPARTITION

Des faits nouveaux sont intervenus sur le front des retraites.   La grande parlotte nationale annoncée par le gouvernement est bien en route. Des  promesses sont formulées. Tous les moyens seront mis sur la table pour sauver la répartition ;  celle-ci est considérée comme le nec plus ultra dans le domaine des retraites car elle est supposée reposer sur un contrat entre les générations. S’ajoute la chimère de l’égalité. Constatons que ce magma idéologique fut partagé par d’anciens gouvernements ainsi que l’habitude des parlottes ne débouchant sur rien de vraiment nouveau sinon des rapiéçages.

L’existence d’un prétendu contrat est un gros mensonge. Un contrat implique une signature après négociation. Rien de tel ici. Il y eût au sortir de la guerre une action de force étatique obligeant les salariés à verser des cotisations dans des caisses spéciales, contre la promesse de toucher un jour une pension ; dans la suite, le système fut étendu à d’autres catégories que les salariés. L’exécution de la promesse elle-même dépend du bon vouloir changeant des gouvernements qui sont, pour leur part, soumis aux élections. S’ajoute la floraison des régimes spéciaux dont le nombre et la complication sont difficiles à cerner.

 

VERS UN REPLATRAGE

La répartition contrairement à la capitalisation est tributaire de la démographie. De ce fait, le pouvoir n’a aucun mal à sonner la trompette d’alarme pour un avenir relativement proche et chacun y va de ses statistiques plus ou moins pessimistes.

Le pouvoir, alors, pianote sur tous les paramètres comme les précédents gouvernements l’ont fait : durée de cotisation, impôts, âge de départ, charges des entreprises, CSG ; chaque note de la gamme suscite des hurlements. Les partenaires  sociaux savent bien, toutefois, que le système est à bout de souffle et qu’il faudra passer à la casserole. Le seul espoir est, après la parlotte, de passer la patate chaude à d’autres.

Dans ce paysage, il est une nouveauté, c’est la pénibilité que le pouvoir veut prendre en compte. Il dénombre dix causes de pénibilité et songe même à l’ouverture pour chacun d’un compte de pénibilité. Nous voici avec la promesse de beaux    contentieux car personne ne pourra fixer juridiquement  les degrés de pénibilité réels.

 

AU SECOURS  :  LA CAPITALISATION

Un fait nouveau est récemment intervenu. Un journaliste des médias officiels a oser poser à un syndicaliste, Jean-Claude Mailly, la question dangereuse : la capitalisation ne pourrait-elle pas être envisagée au moins à titre partiel ? Le syndicaliste l’a balayé en disant : trop tard.

Ce trop tard n’est pas vrai. La répartition détruit la richesse au fur et à mesure qu’elle se crée puisque l’argent est distribué aussitôt que récolté. La capitalisation crée la richesse par les investissements auxquels se livrent les gestionnaires soit directement, soit par des  fonds de pension.  Il est évidemment nécessaire que les épargnes contractuelles bénéficient du même statut fiscal et social que les cotisations dans la répartition. En refusant la capitalisation, nous arrivons à une situation aberrante  : les grandes entreprises du CAC 40 sont soumises au bon vouloir des fonds de pension de Californie ou d’ailleurs.

Des expériences de passage à la capitalisation ont été menées dans plusieurs pays. Celui du Chili est intéressant. Le passage reposait sur le volontariat et fut largement suivi. L’influence bénéfique sur le PIB fut telle que l’on put sans dommage payer les pensions de ceux qui étaient restés dans le système ancien.

 

UN AGGIORNAMENTO NECESSAIRE

Les syndicats détestent la capitalisation et adorent la  répartition. Cela se comprend car le dernier système leur  donne perpétuellement du grain à moudre. Avec la capitalisation, ils pourraient certes intervenir mais dans un esprit constructif ce qui n’est guère leur habitude.  Le pouvoir actuel étant ficelé par les syndicats va donc probablement passer à côté de sa chance

Reste l’opposition. Elle pourrait reconnaître son erreur du passé et annoncer la capitalisation en cas de retour aux affaires. Ce serait l’Aggiornamento. Avec une communication adaptée ce pourrait être un argument électoral massif.

Y-a-il une opposition ou des fantômes?

La question est posée.

 

MICHEL de PONCINS

les-retraites-a-la-hollande