Press "Enter" to skip to content

Morano, Ollier, Ciotti, Jacob, tous pour la république bananière!

Christian Jacob a été réélu président du groupe UMP | La-Croix.com ...

L’article du PARISIEN met en évidence la corruption et l’impunité qui règne dans le monde politique, à droite comme à gauche et les  propos de Christian Jacob, Nadine Morano, Patrick Ollier, Eric Ciotti démontrent le monde crapuleux de la politique française. Tous unis pour une république bananière qui a largement porté ses fruits depuis plus de cinquante ans….

 

« En rejetant mardi l’essentiel des requêtes en nullité présentées par la défense dans le volet concernant les abus de faiblesse au détriment de Liliane Bettencourt,  la chambre d’instruction de la Cour d’appel de Bordeaux a validé la mise en examen de Nicolas Sarkozy.

L’ancien président est soupçonné d’avoir bénéficié de largesses de la milliardaire pour sa campagne en 2007.

Cette décision judiciaire n’a pas manqué de susciter des réactions dans le camp du président. Celui-çi donnait mardi, à Washington (Etats-Unis), une conférence sur la gouvernance mondiale et les questions environnementales, devant une entreprise spécialisée dans le secteur énergétique. Il ne souhaitait pas «faire de commentaires» sur la décision de la cour d’appel .

Morano met en doute «l’impartialité» des juges. La déléguée générale de l’UMP, interrogée par BFM-TV, dit trouver cette procédure étonnante. Elle met en doute «l’impartialité» des juges et demande «que soit publiée la liste des magistrats qui sont membres du syndicat honteux de la magistrature». «Je m’interroge, poursuit-elle, il y a une question qui me taraude: nous qui sommes sur le mur des cons, nous prennent-ils pour des cons ?». Une allusion au «Mur des cons» qui, au siège parisien du SM, syndicat classé à gauche, rassemblait des photos de personnalités essentiellement de droite, dont l’ex-président Nicolas Sarkozy, mais aussi du ministre de l’Intérieur Manuel Valls.

Quant à savoir si la décision de mardi complique le retour en politique de l’ancien chef de l’Etat, Nadine Morano répond : «Je ne crois pas, parce que l’acharnement est tel…». Elle dit croire en la «probité» de Nicolas Sarkozy. «Il pourrait vivre tranquille mais, vu la situation de la France aujourd’hui, je n’espère qu’une chose, c’est qu’il s’engage à revenir», conclut-elle, ajoutant que l’ex-président sera amené à engager un pourvoi en cassation.

Les magistrats répondent à Morano. Le président de l’union syndicale des magistrats, Christophe Régnard, a aussitôt répondu à la déléguée générale de l’UMP, affirmant que «Mme Morano ne connaît absolument pas le dossier. La réalité, c’est que la justice a pris une décision aujourd’hui, que les magistrats ont fait preuve de leur indépendance et que ça plaise ou pas à Mme Morano c’est un autre problème. Il y aura peut-être une audience correctionnelle ou il n’y en aura peut-être pas maintenant la balle est dans les mains des juges et il faut leur faire confiance ».

Pour Christophe Régnard, à droite comme à gauche, «dès que les magistrats investiguent dans des dossiers qui touchent au plus près du pouvoir ou de l’ancien pouvoir on a cette situation. Ce qui me gêne dans ce que dit Mme Morano et ce qu’avait dit Mr Guaino il y a quelques temps, c’est que ce qu’ils veulent en réalité c’est qu’il y ait deux justices : une pour l’ensemble des citoyens, extrêmement sévère et puis l’autre qui serait beaucoup plus light et laxiste pour un certain nombre d’amis politiques, je trouve ça désolant».

Sur «l’affaire du mur des cons», le président de l’USM affirme :« Evidemment, c’est une occasion remarquable d’utiliser quelque chose qui est absolument scandaleux, sur lequel moi-même d’ailleurs j’étais accroché…. C’est de la démagogie et de l’utilisation d’un non-événement à des fins politiques dans un dossier particulier. ».

Patrick Ollier dénonce  un «acharnement». Le vice-président de l’UMP et député des Hauts-de-Seine, interrogé mardi sur BFMTV sur la validation de la procédure judiciaire dans l’affaire Bettencourt, estime que «cela ressemble à de l’acharnement».

Eric Ciotti ne veut plus que la justice se mêle de politique. «Il faut que la justice arrête de se mêler de politique et il ne faut pas que la politique s’immisce dans la justice», a déclaré le proche de François Fillon, à son arrivée à la journée parlementaire UMP. «Je suis certain que le plus rapidement possible, la justice démontrera que Nicolas Sarkozy n’a absolument rien à faire dans ce dossier», a ajouté le député et président du conseil général des Alpes-Maritimes. «Dans cette affaire, l’innocence et la vérité seront un jour démontrées», a dit de enfin le chef de file des députés UMP, Christian Jacob. »

 

El Dia

morano-ollier-ciotti-jacob-republique-bananiere