Press "Enter" to skip to content

Pour une nouvelle république….

En Avril 2006, lors des manifestations contre le CPE, Philippe Penciolelli écrivait cet article qui est de plus en plus d’actualité après le passage du relais à deux autres présidents, Nicolas Sarkozy et François Hollande. D’une sensibilité politique différente, cela n’a strictement rien changé ni sur le plan politique, économique et moral. Il est grand temps de changer de république, mais pas celle de Mélanchon….

 

Pour une nouvelle République ! avril 7, 2006

Publié par philippe penciolelli

Depuis le début de l’affaire du CPE, orchestrée par la Gauche, ce qui est par ailleurs normal, on constate qu’une opposition constructive revendiquée par tous les politiques, n’existe pas en France.

Qu’ils soient d’un bord ou de l’autre, de droite ou de gauche, l’intérêt pour l’homme politique est de dresser la société civile, catégorie contre catégorie. Nous en avons l’exemple flagrant aujourd’hui, lorsque les politiques de gauche, à jet continu, tirent sur les entreprises dont les profits sont « colossaux », en omettant de parler des 60% qui sont en permanence sur le fil de la faillite.

Pourquoi cette stratégie, en accord avec la droite, si ce n’est pour faire oublier les privilèges du personnel politique, son inutilité, et pire, son effet nuisible sur la marche du pays…

Lorsque Mr Mélanchon s’emporte sur le plateau de LCI contre les exploiteurs (comprenez chefs d’entreprises), qui gagnent cent mille francs par mois, (il parle toujours en francs),il sait que son auditoire ne fera pas la relation avec les 15000 euros que la république lui verse chaque mois en tant que sénateur. C’est là tout le problème de cette classe politique, qui ne compte pas réduire ses effectifs, mais bien au contraire les augmenter, grâce en particulier aux instances européennes.

Si les Français voulaient manifester pour une avancée constructive, ça ne serait pas contre les sociétés du CAC 40, qui elles, peuvent déménager du jour au lendemain, puisqu’elles font principalement leurs profits à l’extérieur de la France, mais bien contre tous les hommes politiques qui eux ne valent que dans leur pays.

Ainsi cette classe politique toute confondue, peut creuser les déficits, (cela dure depuis quarante ans),mener n’importe quelle politique pour satisfaire ses électeurs dans le seul but de se faire réélire, puisque Les comptes de la nation même dans le rouge, comme c’est le cas depuis des décennies, permettront toujours de régler les coûts de fonctionnement de tout ce personnel.
Toutes les républiques bananières fonctionnent sur le même modèle, une caste politique qui s’agrandit, qui s’enrichit, avec un peuple qui s’appauvrit!

Notre système actuel n’est que la continuation de la royauté, avec la seule différence, d’avoir une cour beaucoup plus importante, et une opposition bidon qui joue de préférence en matinée  au palais Bourbon, lors des questions au gouvernement qui ne sont là que pour amuser la galerie..

une autre institution, La cour constitutionnelle qui ne sert strictement à rien, sinon de cage dorée pour quelques privilégiés que l’on veut remercier…

Un pays comme la France se dirige par un directoire de quelques personnes, que l’on devrait élire pour deux ou trois ans, non renouvelables, à l’image de l’engagement militaire.  Ce système éviterait les ambitions personnelles puisque sans lendemain .

Nous vivons dans un système, où il est permis de mourir de faim, voir de soif, de froid, mais surtout, pas de maladies! En effet pour se nourrir, premier acte vital, non seulement, vous devez payer, mais il faut y ajouter un impôt, la TVA.. Pour boire, c’est le même problème, que ce soit en bouteille, ou au robinet, l’eau est taxée.

L’hiver, chauffer sa maison, indispensable pour ne pas mourir, primordial pour les vieux, les enfants,, le combustible est taxé; les politiques de tous bords, considèrent que la nourriture, l’eau et le chauffage sont en quelque sorte des produits de luxe…On nous rabâche les oreilles avec notre modèle social, c’est encore une escroquerie du monde politique, afin d’éviter toutes réformes en prétextant un recul social et faire croire à la population que ce sont des privilégiés, ce qui permet de tourner en rond.

Le plus important pour la gauche et la droite, est de ne pas briser le cercle, ainsi, on est sûr de revenir aux affaires un jour…

Par contre si vous avez un petit rhume, ou n’importe quels petits maux, vous serez remboursé; alors si vous êtes capable de vous nourrir chaque jour, vous devriez logiquement pouvoir dépenser dix euros occasionnellement.

La sécu ne devrait servir qu’aux maladies importantes et lourdes, aux hospitalisations, et à la protection de l’enfance pour lutter contre les incuries des parents.

Notre modèle social, est comme le reste un leurre pour gogos… enfin pour les électeurs.

Philippe Penciolelli

 

 

Philippe Penciolelli, fils de Georges Penciolelli (Physicien, REOSC, CNRS, INSTITUT d’OPTIQUE) et d’Eléonore Penciolelli, ingénieur et chirurgien-dentiste, petit fils de Paul Penciolelli, Avocat, Ecrivain, secrétaire de Clemenceau, Maire du 20° arrondissement et cousin germain de Raul Léoni, président du Vénézuela.

Philippe Penciolelli a occupé diverses fonctions telles que administrateur de société, Commandant de navires, Cavalier de jumping dès son plus jeune âge, formé à l’âge de 9 ans par André Morlet, puis Mrs Barttle à Harrogate, dans le Yorshire, puis Etienne Legendre, adepte des méthodes de Nelson Pessoa, et enfin Bernard de Fombelle, cavalier olympique.

Philippe penciolelli créera l’Elevage de Montferrat, implanté au Château de Montferrat dans l’Isère en 1992.

En 1969, il apprendra à monter à cheval à l’actrice Anicé Alvina.

Il débute sa vie professionnelle en 1971 en créant une entreprise de transports hippiques Internationaux, ETHP France. Dans le même temps, il monte en concours, (CSO) et également en course de plat en Gentleman rider. (Hippodrome de Rambouillet, Orléans, Fontainebleau, et le tout nouvel hippodrome d’Evry).

Il sera de façon éphémère pilote d’essai pour les prototypes Peugeot.

En 1975, lors d’une tentative de renflouage du yacht Vahiné, il se noie coincé sur le fond,suite à une panne de détendeur et trouve la mort.

Richard Lavergne remontera le corps et l’équipe de surface réussira à le remettre en vie, avant qu’un hélicoptère le transporte sur l’hôpital de Montpellier, puis six mois de convalescence seront nécessaire pour retrouver la forme. En 1978, il refera quelques apparitions sur les terrains de concours.

En 1976, parallèlement à ses activités de transport hippique, il se lance dans la construction navale.

En 1980, il s’oriente complètement vers le maritime, obtient le brevet de capitaine au long cours et s’installe aux Baléares, à Majorque.

Sa route croisera de nombreux yachts de légende comme « Créole », ancien yacht de Stavros Niarchos, le « Panda » ancien yacht du Bao Daï, le « Blue horizon IV », construit pour le roi Faisal puis propriété de la famille princière de Monaco.

En 1989, il achète le château de Montferrat qui devient le Haras de Montferrat, où il aura des étalons en dépôt pour effectuer la monte parallèlement avec une activité d’entraînement de chevaux de CSO et d’élevage.

Il est reçu premier au concours d’inséminateur artificiel du Haras du Pin sur 140 candidats en 1994.

Il fera don de parcelles de terrains à la commune de Montferrat notamment pour réaliser un trottoir protégé le long de la nationale pour permettre aux enfants d’accéder à l’école en toute sécurité.

En 1997, il s’installe à Bouc Bel Air, dans la maison natale d’André Roussin en ruine (La Babiole) qu’il restaure complètement et ou il compose un parc à l’anglaise. Il y importe des grenouilles de la Dombe, des carpes, des tanches, des Esturgeons et implante durablement des faisans, cailles et canards sauvages. Les lapins, poules d’eau, hérons et autres s’adjoindront naturellement.

Il partage son temps entre les chevaux et les bateaux.

En 2002 il est paralysé d’une jambe et est opéré d’une hernie discale en urgence. En 2005, il cesse de monter à cheval.

En 2006, il est le directeur du journal El Dia de la Republica dans lequel il écrit également, et prône un nouveau système politique.

Dans le même temps,Il navigue et il reviendra sur les terrains de concours en 2011 jusqu’en 2013.