Accord syndicats-Patronat contre l’emploi.

Les syndicats sont habituellement et abusivement partout dans la vie nationale. Ils se prétendent comme les forces vives de la nation, alors qu’ils en sont les branches mortes. Les voici récemment en pleine lumière à la faveur de la négociation voulue par François Hollande entre les partenaires sociaux, qui a abouti le 11 janvier.

Le titre même de l’accord est une cacophonie interne ; il organise la flexi-sécurité, à savoir un mélange de flexibilité du travail et de sécurité pour les travailleurs. La meilleure sécurité pour les travailleurs est bien la flexibilité du travail qui permet aux employeurs de traverser les risques et les chances des conjonctures variables ; ce raisonnement n’est pas admis par les syndicats, prisonniers de leur idéologie anti patronale.

Le résultat de la négociation est édifiant. Assouplissement des plans de sauvegarde de l’emploi (PSE), accélération de la solution des litiges liés à un licenciement, mobilité interne, progrès dans l’organisation du temps partiel. Le patronat fait mine de se réjouir sur tous ces sujets ; en fait ce sont des coups d’épée dans l’eau avec rien de fondamental ; personne ne s’inquiète vraiment de l’extension généralisée des complémentaires santé qui va alourdir les PME et TPE : il est vrai que Laurence Parisot et le Medef s’intéressent plus aux grandes entreprises qu’à la myriade de très petites sans qui, pourtant, la France serait moribonde !

ALOURDISSEMENT DES CDD

Côté syndicats, la joie est grande de constater la taxation des CDD. L’argument avancé est que des patrons abuseraient de ces CDD dont le nombre augmente constamment. C’est explicable, car le risque pour un chef d’entreprise de l’engagement d’un CDI est considérable ; en cas de licenciement et même avec les améliorations prévues, il risque de subir des coûts insupportables et de perdre un temps précieux avec ses avocats : c’est pourquoi beaucoup se rabattent sur les CDD. Veut-on étouffer les entreprises et créer davantage de chômage. Michel Sapin va intégrer l’accord dans le code du travail, ce monstre qui paralyse l’économie par son millier de pages.

Un exemple de paralysie, qui est peu connu comme tel, est l’encadrement des procédures de recrutement par un grand nombre de règles visant à éviter les discriminations. Or, il est clair que le bon choix ne peut reposer que sur une bonne discrimination. Si la compétence suffit pour serrer des boulons, à mesure que l’on va vers d’autres fonctions bien d’autres facteurs que la compétence interviennent. Il est scandaleux que sous la pression des syndicats le législateur se soit préoccupé des procédures de recrutement.

DES SYNDICATS ILLEGITIMES

Il faut savoir que par la volonté des communistes très puissants à la fin de la deuxième guerre mondiale, seuls sont jugés représentatifs les syndicats ayant eu par hypothèse une attitude patriotique pendant cette guerre. Ce principe est insupportable. Ces syndicats par leur comportement avant la guerre ont largement contribué à la défaite. Après la défaite, la CGT agrégée au parti communiste a suivi ce dernier dans son attitude inadmissible vis à vis de l’occupant. En fait, ces syndicats abusivement représentatifs sont illégitimes et les conséquences sont nombreuses.

Leur monopole barre la route à tout nouveau syndicat. Le nombre de leurs adhérents étant faible, les cotisations ne les font vivre que dans une infime partie, le reste étant opaque avec beaucoup d’argent public ; leur richesse et celle de leurs dirigeants est célèbre. François Chérêque vient de quitter la direction de la CFDT : le voici Inspecteur Général de l’IGAS avec un salaire de 8 000 euros par mois. Ayant seuls droit à la parole et plein d’argent pour le faire, ils inondent les médias de leur propagande contre les entreprises. Enfin, par leur gréviculture permanente, ils assassinent l’économie, ceci contre l’intérêt évident des salariés qu’ils sont censés protéger.

Dans beaucoup de pays, il existe des syndicats représentant effectivement les salariés et de ce fait ayant une culture leur permettant de comprendre les entreprises, ce qui est conforme au bien de tous.

MICHEL de PONCINS