Press "Enter" to skip to content

Henri Proglio, Traître industriel?

Henri Proglio nommé à la tête du groupe italien d'énergie Edison ...

On avait déjà parlé d’Henri Proglio dans El Dia, du temps de Nicolas Sarkozy….

Henri Proglio comme Nicolas Sarkozy se fout du monde…
Henri Proglio, tout sera lumineux chez EDF…

Henri Proglio, le PDG d’EDF, celui dont le visage rappelle un célèbre gangster de Chicago serait-il lui aussi un truand de grande envergure?
La question que l’état se pose aujourd’hui, Proglio aurait-il voulu doubler AREVA au profit des chinois pour concurrencer l’EPR?

L’Inspection générale des Finances enquête selon «Le Canard Enchaîné» d’aujourd’hui; elle vient d’ouvrir «il y a quelques jours», à la demande du gouvernement, une enquête sur les conditions de la signature du partenariat effectué en novembre 2011.

Bercy cherche à «élucider les conditions dans lesquelles Proglio a signé en novembre 2011 un drôle de partenariat nucléaire entre l’électricien français et son homologue chinois China Guangdong Nuclear Power Company (CGNPC)», écrit le journal satirique ; ajoutant que «de leur côté, les services de renseignement s’efforcent d’établir la nature des liens entre certains dirigeants d’EDF et leurs partenaires chinois». Une véritable histoire d’espionnage!

Selon «Le Canard Enchaîné», l’accord – que le patron d’EDF a présenté «quelques semaines avant la présidentielle, le 11 avril» à ses administrateurs – a été critiqué par l’Agence des participations de l’État, mis en question dans une note classée «confidentiel-défense» le 16 avril, puis bloqué le «19 avril, à trois jours du premier tour de la présidentielle» par le ministre de l’Économie de l’époque, François Baroin. Après une réunion du Conseil de politique nucléaire en septembre sous l’autorité du président de la République François Hollande, l’électricien français a fini par signer le 19 octobre avec Areva et CGNPC «un accord confidentiel tripartite», relève «Le Canard Enchaîné».

On se souvient de la guerre entre Anne Lauvergeon, ex-PDG d’AREVA, débarquée par Nicolas Sarkozy (contre l’avis du président du conseil de surveillance Jean-Cyril Spinetta) et Henri Proglio qui voulait le contrôle total du nucléaire… On peut se demander si Nicolas Sarkozy n’est pas mêlé à ce conflit d’intérêt puisqu’il en a été un principal élément…. Souvenez vous, Anne Lauvergeon avait refusé d’être un ministre d’ouverture de Nicolas Sarkozy en 2007. Comme on dit à Chicago, quand la carotte ne marche pas, on donne du bâton…

Dans son livre paru en avril dernier, « La Femme qui résiste », Anne Lauvergeon dénonce «un système de clan.» «Henri Proglio est arrivé en se proclamant capitaine, en refusant systématiquement de passer le ballon et en taclant ses coéquipiers». «À peine nommé, il a critiqué publiquement la filière, qu’il connaissait fort peu, prônant le démantèlement d’Areva.»
Accablante déclaration d’Anne Lauvergeon: Proglio était-il déjà un espion chinois et Sarkozy son complice?

L’avenir ne nous le dira sûrement pas, le dossier sera classifié secret-embrouille….