Press "Enter" to skip to content

Hollande-Sarkozy, des guignolos en campagne.

Guignol - Wikipedia, the free encyclopedia

Pas une semaine, pas une journée sans une annonce bidon de ces deux favoris de la campagne présidentielle française de 2012.
Chacun son tour, caressant les aigris, les jaloux, dans le sens du poil, ils s’attaquent aux plus riches contentant ainsi les plus pauvres.
Procédé exécrable qui avait fait la réussite de François Mitterrand, ces deux gugusses ne savent plus quoi inventer pour occuper le devant de la scène, n’étant pas à une couillonnade près…
Agence Reuters rapporte les propos d’une autre lumière, Laurent Fabius: La création d’une tranche d’imposition à 75% pour les revenus annuels dépassant un million d’euros, proposée par la candidat socialiste à la présidentielle François Hollande, n’est pas destinée à être permanente. (?)

« Il y a eu une augmentation massive, vous avez vu, des rémunérations des PDG du Cac 40. On est dans une période exceptionnelle, exceptionnellement difficile, il est donc légitime de demander un effort exceptionnel », a déclaré l’ancien Premier ministre socialiste sur RTL.
Mais afin de ne pas affoler les puissants et de bien leur signifier qu’il s’agit d’une annonce bidon destinée aux pauvres, Laurent Fabius précise:
« Mais ce n’est pas nécessairement destiné à être permanent, et en plus, moi je ne serais pas choqué qu’il y ait quand même des plafonds », a-t-il ajouté.
« On ne prend pas des impôts pour le plaisir d’avoir des impôts mais c’est lié au caractère très, très exceptionnel de la période qui demande un effort exceptionnel de solidarité ».
Pas un parlementaire dans cette période exceptionnelle, ne propose de baisser leur revenu (15000 euros/mensuel) car ils estiment que pour eux, ne foutant strictement rien, c’est largement mérité…
A son arrivée dans le 15e arrondissement de Paris où il doit rencontrer les parlementaires de la majorité, Nicolas Sarkozy a dénoncé les contradictions du camp de son rival socialiste.
« C’est un revirement de plus mais enfin on devrait être habitué depuis le début de la campagne, on n’a que ça », a dit le président sortant.
François Hollande avait auparavant dénoncé les contradictions permanentes de Nicolas Sarkozy.
Deux guignolos pour gouverner un pays de charlots, on n’a pas fini de rigoler en France….