Press "Enter" to skip to content

Poutine, élu grâce aux fraudes…

Etats-Unis : Le bourrage d'urnes est une fraude electorale ...
Vladimir Poutine, a organisé sa réélection depuis plusieurs années, brisant ainsi tous les espoirs de voir naître une démocratie bancale à l’image des pays européens, préférant une dictature mafieuse. Une menace pour le monde entier, qui permet aux USA en tant que première force militaire, de faire tout et n’importe quoi avec sa monnaie… Dans ce contexte, l’économie mondiale n’est pas au redressement, mais à une faillite généralisée malgré les différents sommets « de la dernière chance »….

L’OSCE précise que l’élection présidentielle russe remportée à plus de 60% dimanche par Vladimir Poutine a été marquée par d’importantes irrégularités lors du décompte des voix après une campagne clairement biaisée en faveur du Premier ministre.
Le processus s’est détérioré lors du décompte des voix et a été évalué négativement (par l’OSCE) dans près d’un tiers des bureaux de vote en raison d’irrégularités de procédures, a déclaré l’OSCE dans un communiqué, ajoutant que la campagne avait été clairement biaisée en faveur d’un des candidats.

On se souvient que Jacques Chirac avait décoré Poutine des insignes de Grand-Croix de la Légion d’honneur, malgré
les méthodes offensives et quelque peu erratiques de la Russie, ces derniers temps, dans son traitement des investisseurs étrangers et dans ses saisies d’actifs hors frontières. la conviction du président français était qu’il fallait continuer à tendre la main à M. Poutine, et se garder de lui faire la moindre remontrance sur l’érosion des libertés publiques en Russie ou sur les méthodes des forces armées dans le Caucase du Nord…

Fort du soutien et des encouragements de Jacques Chirac, Vladimir Poutine envahissait en 2008 l’Ossétie du Sud, province géorgienne en août 2008. Nicolas Sarkozy en fin médiateur , enjoignait TBILISSI d’accepter le dictat Russe sans conditions, ce que fit le président géorgien, conscient de la pusillanimité de ses alliés…

Michel Poirier faisait remarquer que ce qui est incompréhensible, c’est l’incapacité des démocraties de réaliser que la Russie, une fois requinquée par ses exportations de pétrole, gaz et autres métaux, une fois débarrassée, avec l’argent américain, d’une partie de ses cimetières de sous-marins nucléaires et de moult missiles qui rouillaient sans entretien, fait ce qu’elle veut et ne fera rien de ce que l’Occident attend. Sur tous les fronts d’aujourd’hui : Afghanistan, Irak, Liban, Hezbollah, Gaza, Hamas, Soudan, Somalie, la Russie se trouve toujours du côté adverse à l’Occident : en fournissant des armes, en s’opposant aux sanctions contre l’Iran pour arrêter son programme nucléaire militaire, bref, en s’opposant à tout ce qui pourrait atténuer ou faire disparaître les menaces «extrémistes» (pour ne pas dire islamistes, pour ne fâcher personne…).

Vladimir Poutine est un danger pour la Russie et le monde entier, ce n’est pas le milieu journalistique qui dira le contraire, sachant ce qu’il advient aux journalistes russes qui critiquent Poutine.
Le président de la Russie est un ancien patron du KGB; il y a des réflexes qu’on ne perd pas…