Press "Enter" to skip to content

Syrie, Sarkozy, Banquiers, si on en finissait plus vite que la lumière….

Par Ramon Lacontessa

 

En Syrie, on massacre encore aujourd’hui alors qu’hier on assassinait Kadhafi pour n’avoir pas fait le centième de Bachar El Assad. C’est le monde politicien qui régi le monde et Kadhafi était une cible facile pour la grandeur de Nicolas Sarkozy.

L’ONU, cette organisation qui ne sert à rien ne s’est comme à son habitude pas grandie de cette situation. En Iran on suit les pas d’Hitler, continuant à fabriquer la bombe atomique mais tout en discutant avec les adversaires histoire de les endormir le temps de finaliser la construction….

Aux Etats-Unis comme en France, on prépare la chose la plus importante, l’élection présidentielle !

Donc aujourd’hui, c’est 25 nouvelles victimes à Damas tandis que Nicolas Sarkozy le conquérant est parti chasser sur d’autres terres célébrant le 600 ème anniversaire de la naissance de Jeanne d’Arc à Domrémy, histoire de sortir la Jeanne des jupes de la Marine, (pas nationale mais Le Pen).

2011 a été l’année de la révolution arabe, commençant en Tunisie, une colonie de la famille Alliot-Marie et compagnie. Tous les autres pays ont suivi alors que pas un observateur en géo-politique n’avait vu venir le coup, révolution qui est venu à la vitesse de la lumière, voir plus vite puisque c’est en 2011 que là aussi tout a basculé.

Un fondamental de la physique était que la chose la plus rapide était la vitesse de la lumière, soit 299 792 kilomètres à la seconde. Hors, incroyable révolution ou évolution, la vitesse de la lumière est supplantée par les neutrinos, particules sub-atomiques  214 kms/sec  plus rapides, soit 300.006 kms/sec….

Alors, l’impensable s’étant réalisé en 2011, il n’est pas déraisonnable d’espérer un grand big bang qui nous débarrasserait de cette classe politique, de ces banquiers véreux et de ces dictateurs sanguinaires.