Press "Enter" to skip to content

Carla Bruni-Sarkozy, le Sida au secours de la chanson…

 

Une information à prendre avec des pincettes puisqu’elle provient d’un journal orienté et le mot est faible, Marianne.

La fondation de Carla-Bruni qui s’occupe de l’ illettrisme toucherait des fonds concernant le Sida, faisant un mélange des genres profitant de la double casquette de la première dame puisqu’elle est aussi ambassadrice de la lutte contre le Sida pour les Nations Unis…. Titre ronflant qui ne sert à rien si ce n’est à se faire mousser, ce dont les malades du Sida se foutent complètement.

La chanson étant en crise, surtout celles de Carla, mariée à qui l’on sait, et d’ici qu’on apprenne qu’Eric Woerth fait partie de la fondation,  on ne sera pas surpris d’apprendre que les 3,5 millions de dollars qui ont été versés par le Fonds mondial de lutte contre le sida, en marge de la légalité, et sans appel d’offre, à la demande de la première Dame, à plusieurs sociétés d’un de ses amis (  Julien Civange, un conseiller et ami, qui a été également été son témoin de mariage) que ces fonds sont placés en Suisse…

Autre zone d’ombre : cette affaire aurait été révélée en novembre 2011 au conseil d’administration du Fonds mondial à Accra (Ghana). Elle aurait même coûté leur place à l’ambassadeur français, Patrice Debré, et au directeur général du Fonds mondial de lutte contre le Sida, Michel Kazatchkine, écarté par Hillary Clinton après « une intervention de Nicolas Sarkozy au plus haut niveau à Washington », toujours selon Marianne.

Ne cédons pas aux tous pourris, c’est tellement populiste…