Press "Enter" to skip to content

Bayrou, Hollande, Sarkozy, Le Pen, MADE IN FRANCE.

Par Ramon Lacontessa

 

C’est le nouveau credo de la campagne présidentielle, lancé par François Bayrou, le Made In France.

Après l’emploi qu’il faut sauver coûte que coûte, quitte à aller contre toute logique avec l’exemple de Sea France et de Sarkozy en capitaine de périssoire, la nouvelle et géniale idée des politiques, c’est promouvoir le relocalisation, ce que scande Marine Le Pen depuis bien plus longtemps que François Bayrou voulant réinstaurer le protectionisme.

Dans l’émission de France 2, de Serge Moatti, nous avons assisteé à une réunion du MODEM assez consternante où François Bayrou au tableau donnait un cours prétendument économique à ses troupes. Avec un différentiel de prix avec les chinois donné au hasard (30%) il expliquait que c’était une erreur car en fabricant en France, la sécurité sociale récupérait 50%, donc de fabriquer en Chine nous faisait perdre 20%; Consternant.

On a compris depuis le débat de 2007 entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy, incapables de préciser la production électrique par le nucléaire, donnée qui datait de 20 ans, que ceux qui prétendent gouverner sont en fait des cancres bouffis de prétention, Nadine Morano nous en a encore donné un magnifique exemple il y a quelques jours….

Un exemple qui a fait la fortune du Baron Bic en son temps, c’est le stylo à bille. Révolution technique mais qui aujourd’hui n’est plus un produit hautement technologique, au contraire.  Un stylo chinois par exemple coûte un euro alors que celui en France coûterait 10 euros. Le Français en achetant un stylo chinois économise 9 euros qu’il peut investir dans d’autres services plus valorisants que la fabrication de stylo dont la valeur ajoutée n’est pas compatible avec nos salaires.

Il parait logique de ne pas essayer de faire chez soi quelque chose qui coûtera moins à acheter qu’à faire….

Nicolas Sarkozy en 2007 nous avait dit qu’il avait beaucoup travaillé pour être président, on sait aujourd’hui qu’il était dans une classe de cancres, la classe politique !