Press "Enter" to skip to content

En finir avec l’Iran, Ormuz, c’est l’occasion rêvée….

Voilà plusieurs années que l’ONU a prouvé son inefficacité, menaçant régulièrement l’Iran de sanctions, d’interventions sans que que le régime de Téhéran stoppe son programme nucléaire.

On peut comprendre que l’Iran à l’instar de la France, des Etats Unis, d’Israël, du Pakistan et de bien d’autres pays veuille posséder la bombe atomique et de quel droit pourrions nous, nous opposer à la volonté d’un peuple sans remettre en cause son indépendance ?

Et bien ce droit, Téhéran l’a donné au monde entier en décrétant vouloir raser un pays de la surface du globe, Israël, et cela l’ensemble des nations ne peuvent l’admettre !

Aujourd’hui, l’Iran devant les risques d’embargo menace le monde entier dans ses approvisionnements de pétrole en prétendant bloquer le détroit d’Ormuz (si embargo il y avait) en contradictions avec les lois internationales de navigation.

Le général Hassan Salami, un illuminé membre important des Gardiens de la révolution,  a rejeté jeudi les mises en garde des Etats-Unis contre la fermeture du détroit, soulignant que l’Iran agirait avec détermination « pour défendre ses intérêts vitaux » qui soit dit ne sont pas menacés.

Le détroit, où transite 40% du trafic maritime pétrolier mondial, est facilement contrôlable  de par sa largeur qui n’est que de 50 km environ.
L’Arabie saoudite, le Koweït, l’Irak, le Qatar et les Emirats arabes unis, exportent la majeure partie de leur  pétrole par ce détroit.
Mardi, le vice-président iranien Mohammad Reza Rahimi a affirmé qu' »aucune goutte de pétrole ne transitera par le détroit d’Ormuz » si les pays occidentaux adoptaient des sanctions contre ses exportations pétrolières », en raison de son programme nucléaire controversé.
Réagissant à ces menaces, Washington a mis en garde Téhéran mercredi soir, en affirmant qu' »aucune perturbation du trafic maritime dans le détroit d’Ormuz ne sera tolérée ».
Les Etats-Unis maintiennent dans le Golfe une présence navale puissante, avec  la Ve flotte, basée à Bahreïn.

Le pétrole pourrait bien être la solution pour régler le problème nucléaire iranien, et se souvenant de la faiblesse politique des français et  des anglais face au troisième Reich , les occidentaux ne devraient pas attendre que l’oisillon iranien ne devienne un aigle à l’exemple d’Hitler dont Mahmoud Ahmadinejad est un fervent admirateur…