Press "Enter" to skip to content

Jean Glavany écrit au El Dia de la Republica

Tarbes. « Sur Brauhauban le maire se trompe » - 14/10/2010 ...

Jean Glavany nous écrit au sujet d’un article que nous reproduisons ci-dessous.
Cher Monsieur, nous faisons bien évidemment paraître vos remarques, le droit de réponse ou de défense est un devoir dans notre journal.
Toutefois nous vous ferons observer que ce n’est pas bien de profiter d’un système que l’on peut qualifier de mafieux alors que ce sont les politiques dont vous faîtes partie qui ont établi ce système….
vous parlez de violence de propos, vous trouverez bon nombre d’articles ou nous n’hésitons pas à traiter la classe politique de crapuleuse, preuve à l’appui.
Mais vous savez de quoi nous parlons, n’avez vous pas été le chef de cabinet et ministre de François Mitterrand?

Jean Glavany écrit:
Monsieur,
Sur votre site, vous écrivez :
« le député socialiste Jean Glavany a récemment été admis au barreau, alors même qu’il «ne remplit pas la condition de diplôme prévue par les textes» indique son dossier; une enveloppe, une recommandation, la corruption règne partout.  »
Cette affirmation mérite une précision :
– j’ai déposé, auprès du barreau de Paris, un dossier de candidature ; le barreau a désigné un rapporteur qui m’a rencontré longuement ; dans son rapport il précise certes ce que vous écrivez mais il ajoute que j’ai exercé pendant plus de 10 ans des fonctions de Préfet ce qui équivaut à un poste de Direction d’Administration et il conclut à l’acceptation de ma candidature ; le barreau a suivi sa recommandation. Qu’y puis-je ?
– Vous ajoutez « la corruption règne partout » ce qui est au bas mot un vrai procès d’intention et plus sûrement une vraie diffamation puisque cela sous-entend que j’ai pu corrompre le barreau de Paris. Je serais donc corrupteur et le barreau corrompu… Vous rendez-vous compte de la violence injuste de vos propos ?
Sincèrement, ne croyez-vous pas qu’ils mériteraient d’être corrigés ?
Salutations
Jean Glavany

L’article en question
Avocat, une profession très prisée en république bananière.

Julien Dray qui n’a pas convaincu grand monde dans sa dernière affaire de détournement de fonds ou il a « reçu » un rappel à la loi (???) voudrait aujourd’hui devenir un avocat, et chose surprenante il a été recalé.

Le Conseil de l’ordre des avocats de Paris a en effet rejeté son dossier de candidature au barreau de Paris mardi 19 janvier. Cela n’aurait rien de surprenant, puisqu’il n’a aucune formation juridique, mais voilà, les autres non plus.

Cette «décision est très exceptionnelle», explique un membre de l’Ordre; normalement, ajoute-t-il, «les demandes d’admission dérogatoire des politiques passent comme une lettre à la poste», même lorsque les personnalités n’ont aucun diplôme de droit.

le député socialiste Jean Glavany a récemment été admis au barreau, alors même qu’il «ne remplit pas la condition de diplôme prévue par les textes» indique son dossier; une enveloppe, une recommandation, la corruption règne partout.

La fonction d’avocat attire de plus en plus les hommes politiques. Jean-François Copé, Noël Mamère, Frédéric Lefebvre, Dominique de Villepin, Christophe Caresche en font parti.

Prochaine promotion des avocats, Rachida Dati qui avait déjà été nommé magistrate dans les conditions que l’on a qualifié de tricherie.

La prestation de serment d’avocate de la députée européenne Rachida Dati, prévu initialement mercredi 27 janvier, a été repoussée jusqu’à la dissolution, attendue, de sa société de conseil. Les deux activités sont incompatibles, estime le barreau de Paris. On essaye de sauver l’honneur.

Les étudiants ont le choix, étudier ou faire de la politique….