Press "Enter" to skip to content

DSK, les françaises ont eu chaud…

Par Ramon Lacontessa
DSK était candidat à l’élection présidentielle de 2012, nous l’avions annoncé lors de sa visite en France le 21 février alors que toute la Presse française s’interrogeait sur ses intentions…
Plus récemment, le journal Libération avait la confirmation de ce que nous avions annoncé deux mois plus tôt et qui plus est que DSK était sur d’être élu:
Libération rapporte mercredi un entretien avec Dominique Strauss-Khan du 28 avril dernier au court duquel il ne fait plus mystère de son intention de se présenter à l’élection présidentielle, s’en faisant même «un devoir». Il se voyait déjà élu en homme providentiel. «Je suis aujourd’hui la concordance de tout ce que veulent les Français, la compétence reconnue, le calme, l’expérience internationale», avait ajouté le directeur général du FMI. «J’ai passé moins de temps à Washington que de Gaulle à Londres», osait-il.
Dominique Strauss-Khan se croyait tout permis comme nous l’avons longuement relaté au cours des dernières années, frayant avec des gens peu recommandables pour ne pas dire pas recommandables du tout. DSK avouait volontiers qu’il avait une passion pour l’argent, et que son adresse lui a permis de bénéficier de nombreux non-lieu dans des affaires pour le moins ténébreuses…
Toute la classe politique, journalistique connaissait les problèmes de harcèlement que subissaient les femmes approchant DSK et la batterie de casseroles qu’il traînait derrière lui et cette hypocrisie qui règne aujourd’hui en dit long sur l’honnêteté morale de toute cette clique. Elisabeth Guigou si fière de sa loi interdisant de montrer un prévenu menotté, loi qui n’est jamais respecté lorsqu’il s’agit d’un citoyen lambda, et qui n’a contribué qu’à fortifier une république bananière permettant à ceux qui se pensent puissants de tout faire en toute impunité.
Nous en avons tous les jours des preuves, la dernière est le procès Chirac qui bien entendu n’est qu’une plaisanterie de plus à mettre au compte de la justice française.
La justice américaine a été exemplaire et c’est ce qui choque la France. Nous entendions une élue socialiste au bord des larmes déclarée au sujet de DSK, « un des personnages les plus importants de la planète, un ancien ministre des finances exemplaires, une catastrophe pour la Grèce, le Portugal, l’Irlande (?) ».
Directeur du FMI consiste à sabler le champagne, pour preuve, « ils » envisageraient de remplacer DSK par Christine Lagarde c’est dire, à papoter entre amis, philosophant sur l’avenir du monde et qui est sans conséquences pour l’avenir de ces pays; un ancien ministre des finances aussi nul que les autres incapable de présenter un budget en équilibre, juste bon à faire des dettes ce qui est à la portée de n’importe qui vous en conviendrez; la Grèce, le Portugal, l’Irlande se remettront avec ou sans DSK, cet homme ne transformant pas le plomb en or sauf à titre personnel.
Pour le citoyen et surtout pour la citoyenne française, cette mésaventure aux USA est providentielle car on peut imaginer l’attitude de ce personnage si il avait été élu président de la république bananière française…
La France est au plus bas ayant eu à supporter un nombre déraisonnable d’incompétents et il n’est pas sur qu’après un Sarkozy, un DSK ne l’aurait pas achevé…