Press "Enter" to skip to content

Crash Rio-Paris, le BEA est dans la purée.

Les boites noires ont vite parlé, trop vite parlé. Selon des sources au gouvernement et des proches de l’enquête interrogées par Le Figaro, les premiers éléments extraits des boites noires mettraient Airbus hors de cause dans le drame qui a couté la vie à 228 passagers le 1er juin 2009.

Les enquêteurs du Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) ont pu exploiter dès ce week-end les données du Data Flight Recorder (DFDR), l’une des deux boites noires, qui a enregistré les paramètres du vol et en conclure assez rapidement que l’Airbus A 330 était hors de cause.

Incroyable bureau d’enquête qui n’a dit que des couillonnades lors du naufrage du Bugaleb Breizh (lire dans El Dia) et qui vient nous faire croire qu’ils ont réussi à déterminer en si peu de temps qu’Airbus n’avait rien à voir dans cet accident….
On pourrait croire si on était dans une démocratie normale que les autorités supérieures avaient demandé une orientation de l’enquête afin de préserver l’image du fleuron aéronautique de l’Europe, mais on est en France.