Press "Enter" to skip to content

DSK, le prix de la liberté!

centrafrique-presse - informations générales sur la république ...

Par William Cardspeare.
DSK, Dominique Strauss-Khan est fini. La juge de New-York a refusé la liberté sous caution y compris le bracelet électronique. Il risque 70 ans de prison, autant dire que sa vie risque de s’arrêter le 15 mai 2011.
A l’inverse de la justice française, nous avons assisté à une leçon de démocratie, de droit et du respect des victimes comme des inculpés.
Ecoutant les arguments de l’accusation comme de la défense et modifiant son avis au gré de ceux-ci, la juge a décidé de maintenir DSK derrière les verrous en attendant l’audience préliminaire du 20 mai.
En France, DSK aurait été relaxé et la femme de chambre priée d’oublier toute cette histoire; on ne rigole pas avec les personnages importants. On se souvient de Dominique de Villepin et du rapport accablant des deux juges d’instructions dans l’affaire Clearstream qui a servi à allumer le feu des cheminées des différents ministères tandis que l’ancien premier ministre de Chirac était relaxé…
Quelle leçon pour les français que cette audience presque retransmise en direct ou on a pu mesurer le sérieux de la justice américaine, refusant un compromis entre la défense et l’accusation.

Que peux faire DSK, que lui reste-t-il à faire, une seule chose, faire revenir la victime sur sa déclaration.
Les avocats de l’ex-président du FMI vont s’employer à corriger la version des faits, que la plaignante déclare qu’au début elle était consentante et qu’après elle n’a pas voulu aller plus loin mais que DSK très énervé ce que tous les mâles comprendront, l’a un peu violenté avant qu’elle ne s’enfuie.
Pour ce changement de scénario, un homme qui risque de passer le restant de sa vie en prison donnera tout et DSK a beaucoup. C’est donc au moins dix millions de dollars qu’ils peuvent proposer au minima à cette femme dont le salaire ne doit pas excéder 1700 dollars, une occasion qui ne se représentera pas.
C’est la seule chance pour DSK de retrouver la liberté et si la femme de chambre est avertie, elle vérifiera les avoirs de DSK à travers le monde avant de négocier, et elle pourra exiger jusqu’au dernier sous de cet homme qui est un homme d’affaire avant d’être un politique mais qui est avant tout un fieffé filou.