Press "Enter" to skip to content

Le PS marseillais en garde à vue et sous les verrous.

Depuis les années Mitterrand où le PS a pris le pouvoir, ces champions de la moralité du moins jusqu’en avril 1981 se sont avérés de fieffés coquins, à commencer par la famille Mitterrand, et tous les proches lieutenants de l’ancien président.
DSK, le futur candidat à la présidentielle de 2012, s’est acheté une virginité au FMI pour tenter de faire oublier les innombrables casseroles qu’il traînait derrière lui…
Martine Aubry, François Hollande, Ségolène Royal ne sont pas en reste, mais comme aime à le rappeler Martine Aubry, « pas vu, pas pris ».
A Marseille, il en va tout autrement et on ne fait pas dans la discrétion. C’est bientôt tout le parti socialiste qui va se retrouver au trou allant rejoindre Alexandre Guérini, frère du président PS du conseil général des Bouches du Rhône, et probablement cousin de Mémé…
Donc, Eugène Caselli, lui aussi président, l’est de la communauté urbaine de Marseille, et est entendu dans le cadre d’une enquête visant le traitement des déchets de la métropole.
Trois autres personnes ont également été placées en garde à vue par les gendarmes de la section de recherches de Marseille, dont Franck Dumontel, ancien directeur de cabinet d’Eugène Caselli, démis de ses fonctions en décembre, et l’avocat Olivier Grimaldi, qui a représenté la communauté urbaine de Marseille dans le passé.
Une troisième personne en garde à vue est Eric Pascal, patron de la société de traitement de déchets Queyras Environnement, déjà mis en examen dans un autre volet de ce dossier.
Enfin, un directeur général adjoint de MPM, Jean-Pierre Roncin, et le président de la commission d’appels d’offres de la collectivité, François-Noël Bernardi, étaient entendus comme témoins.
Cette enquête a déjà envoyé Alexandre Guérini, patron de décharges et frère du président PS du conseil général des Bouches-du-Rhône Jean-Noël Guérini, derrière les barreaux pour blanchiment, abus de biens sociaux, détournement de fonds et de biens publics.
Martine Aubry et Ségolène Royal déclaraient vouloir assainir la politique, les élus PS marseillais ont commencé en s’attaquant au problème des poubelles…