Press "Enter" to skip to content

Les commissaires, au banc des accusés!

En France, ou corruption règne avec politique, c’est l’état tout entier qui est à réformer tant ce pays des droits de l’homme en un temps n’est plus qu’une république bananière au bon teint.
A chaque jour son scandale financier, sa comédie judiciaire, les plus puissants trafiquants dénoncés par la Presse et relaxés par la justice. Hier soir Guy Carlier dans son émission « on nous manipule » en faisait encore la démonstration passant de Bernard tapie à Dominique de Villepin par François Mitterrand, tous des crapules.
Aujourd’hui, Mathieu Bonduelle, secrétaire général du syndicat de la magistrature, clairement affiché à gauche ce qui a son importance pour relativiser ses propos, révèle que les commissaires de police « touchent des primes en fonction du nombre de gardes à vue réalisées dans leur commissariat ».
Et d’ajouter: « La garde à vue est devenue un indicateur de performance du travail policier. C’est un peu comme si on disait qu’un juge va être payé au nombre de personnes incarcérées », a dénoncé le dirigeant syndical. « Je ne dis pas que le policier lui-même est payé comme ça mais les commissaires touchent des primes en fonction du nombre de gardes à vue réalisées dans leur commissariat » et « les crédits du commissariat dépendent de ce nombre-là », a-t-il affirmé.
Il est certain que si cette information est vraie, c’est un coup de plus dans cette justice qui ne l’est plus depuis longtemps. La France pays des droits de l’homme? Une fumisterie qui n’aura pas résisté aux décennies de cette monarchie bananière.
L’Assemblée nationale a voté la présence de l’avocat tout au long de la garde à vue, réforme imposée par la Cour européenne des droits de l’homme, la Cour de cassation et le Conseil constitutionnel. Pour Mathieu Bonduelle, cette réforme « contrainte » est menée par un gouvernement qui « fait le minimum » et n’a « pas d’ambition réelle ».
On pourrait pour rétablir l’équilibre droite-Gauche demander à Mathieu Bonduelle si François Mitterrand n’avait pas qu’une ambition personnelle…