Press "Enter" to skip to content

François Bayrou à l’image de François Mitterrand.

François Bayrou, ridiculisé au petit journal s’était très mal défendu comme il en l’habitude. Mais cette fois, s’étant fourvoyé dans une impasse (lire: François Bayrou à l’agonie), à l’image de François Mitterrand qui s’était inventé un attentat, François Bayrou s’est inventé un malaise.
François Bayrou raconte:
« Je me suis trouvé comme débranché de l’émission. Je savais que j’étais là, je n’ai pas perdu conscience mais j’avais une sorte de vertige. Je ne savais plus ce que les gens disaient et me disaient (…). C’était un sentiment d’irréalité », a raconté M. Bayrou à l’AFP? en précisant que son état « a durée une partie de la soirée. Yann Barthès n’y est absolument pour rien. Le malaise a commencé avant son intervention ».
Le président du MODEM a expliqué avoir « essayé de donner le change jusqu’au bout »: « J’ai terminé l’émission, ai regagné ma voiture et me suis rendu aussitôt au Val-de-Grâce où les médecins ont diagnostiqué des signes cliniques d’hypertension ».
« Pour moi, c’est la fatigue. Il y a eu l’émission de Drucker, beaucoup d’interviews, le congrès avec un discours de 1 heure 40 avec deux jours de préparation… J’ai le sentiment d’avoir un peu tiré sur la corde. J’ai une vie équilibrée mais je ne m’arrête jamais ».
François Bayrou nous prendrait-il pour des billes? Quoi qu’il en soit, si un discours d’une heure quarante dont tout le monde se fout, le met à plat, il n’a pas le physique pour être président même si ce travail n’a rien d’exténuant…