Press "Enter" to skip to content

Nicolas Sarkozy, le Sphinx de la France

Nicolas Sarkozy, une fois de plus dans une émission de télé a gagné l’oscar du meilleur acteur.
Face à une Claire Chazal qui devrait postuler pour une retraite anticipée, un David Pujadas qui n’a en tant que journaliste que la carte, et un Michel Denisot à peine plus reluisant, Nicolas Sarkozy a convaincu les français qu’il était un véritable homme d’état, le père de la nation.
« Que me demandent les français » sur un ton réfléchi, posé, presque sentencieux, s’interrogeait notre phénix: « de les protéger et d’apporter la prospérité ». C’est beau, c’est grand, on y aurait presque cru si pour les plus avertis, les chiffres des déficits, de l’endettement, ne nous taraudaient pas les méninges.
A chaque question des journalistes à laquelle il n’avait pas envie de répondre, inlassablement, Nicolas Sarkozy répondait: » Ce n’est pas comme cela que ça se passe » sans expliquer comment cela se passait selon lui.
Sur le choix de son premier ministre et de l’éviction de Jean-Louis Borloo, il déclarait sans rire: »Nous sommes en très grande confiance » tout comme il affirmait n’avoir jamais rien dit sur Dominique de Villepin ayant oublié qu’il devait le pendre à un croc de boucher, ce qui n’était pas pour nous déplaire…
Lors d’une remarque sur la composition du nouveau gouvernement et la fin de l’ouverture, Nicolas Sarkozy citait des personnalités à l’assemblée nationale ou de grandes institutions comme s’il n’avait pas compris la question; du grand art!
Michel Mercier à la justice (voir article précédent dans El Dia) Nicolas Sarkozy sachant que l’attaque est la meilleure défense venait se louer de ce choix n’attendant pas une éventuelle question embarrassante qui par ailleurs ne risquait pas d’être posée par les trois pieds nickelés de service.
Sur le dossier de l’immigration, incontestablement c’est son meilleur cheval de bataille, répétant ce que tout le monde sait, l’intégration ça ne marche pas. Assurément il conservera l’électorat qui souffre de la promiscuité de cette partie de la population.
Tout aussi excellent sur la réforme des retraites, il aura au passage cloué au piloris cette pauvre Claire Chazal qui décidément ne connaît aucun dossier.
Nos trois « présentateurs » se seront surpassés dans des questions pertinentes du style, avez vous changé, vous représenterez vous en 2012, l’avion présidentielle était-ce raisonnable, du grand journalisme.
Sur le dossier des Roms, même régime, Nicolas Sarkozy fait remarquer à nos trois lampistes que c’est eux qui dans leurs journaux télévisés ont monté en épingle une soit disant agression d’un commissariat par les Roms. Claire Chazal encore elle se trouva ridicule quant à une affirmation sur la commission européenne, cela devient grave.
Les chrétiens n’ont pas été oublié, Nicolas Sarkozy de citer le Pape qui lui aurait donné l’absolution….
Un moment comique ou le président de tous les français à parlé des personnes âgées en disant « les vieux », et des appartements toujours plus petits ou on ne pouvait les héberger, bref ces vieux qui nous emmerdent…
L’annonce d’une réforme de l’imposition avec la suppression du bouclier fiscal et de l’ISF clôturera cet entretien ou incontestablement Nicolas Sarkozy a repris la main.