Press "Enter" to skip to content

l’Hippodrome du putois sent mauvais…

Le gouvernement cherche à faire annuler la vente de l'hippodrome ...

 

L’hippodrome du putois remonte à 1875. La ville avait autorisé le défrichement du terrain pour y organiser les toutes premières courses grâce à la ténacité de personnalités locales. Les pistes ont été dessinées par Richard Carter, membre d’une grande famille d’entraîneurs britanniques qui officiaient à Chantilly et à Compiègne.
1891 voit la création de la Société des Courses de Compiègne. Dès lors, le succès de l’hippodrome du Putois va aller croissant.
En 1932, l’hippodrome reçoit la touche anglo-normande qui fait son charme. Les tribunes de bois des premiers temps font place aux tribunes en dur et tours à colombages tout comme le Pavillon des balances.
A partir de 2000, de très importants travaux vont être menés. Installation de bureaux, agrandissement du vestiaire des jockeys et création du salon des propriétaires, rénovation des tribunes, agrandissement de la cour qui a gagné 25 boxes et peut désormais recevoir 130 chevaux, infirmerie totalement rénovée et aux normes en vigueur.
Piste plate en herbe de 2200 m de périphérie avec une ligne d’arrivée de 600 m de long. Corde à gauche.Piste sur diagonale pour le steeple-chase. Parcours extérieur pour le cross-country.
53 hectares bradé à 2.500.000 euros par Eric Woerth, ancien ministre du budget de Nicolas Sarkozy; on comprend pourquoi les finances de la France vont si mal…
Une enquête est en cours pour éclaircir ce que tout le monde a compris depuis longtemps, Eric Woerth confond intérêts publics et privés.

William Cardspeare