Press "Enter" to skip to content

Sarkozy, otage de Fillon!

Nicolas Sarkozy n’est pas un grand stratège comme il rêvait de l’être. Après un peu plus de trois ans de pouvoir, il en est réduit à être l’otage de son premier ministre.
Nicolas Sarkozy à bout de souffle cet été, avait annoncé un remaniement pour l’automne, histoire de voir ce qui allait se dire autant du côté de la rue que dans la Presse…
Après avoir longtemps hésité sur un prétendu remaniement recentré sur le social (?) interprété par un Jean-Louis Borloo, et devant les sondages toujours de plus en plus médiocre, la stratégie de ces fausses ouvertures n’ont réussi qu’à l’isoler de sa base.
c’est donc bien d’un recentrage qu’il s’agit aujourd’hui, et François Fillon ne lui a pas laissé d’autre choix que de le reconduire pour la fin du quinquennat, ayant l’appui des UMPistes.
Nicolas sarkozy avant le remaniement avait annoncé une pause dans les réformes, c’est un virage à 180° qui est annoncé par le nouveau premier ministre, voulant terminer ce qu’il avait commencé, et la seule alternative pour le président pour avoir une chance pour 2012.
Les piliers politiques de la droite qui n’apportent rien par ailleurs à la construction d’une nouvelle politique se sont placés comme « l’incontournable » Michèle Alliot-Marie qui passe de ministère en ministère sans aucune compétence particulière, son « conjoint » Patrick Ollier qui se voit offrir un maroquin, etc etc….
Le centre totalement excentré, représenté par l’ancien communiste Maurice Leroy vient en remplacement de Hervé Morin qui a fait une déclaration au bord des larmes quant à son éviction du gouvernement. On le savait idiot, mais pas à ce point naïf…
Jean-Louis Borloo, déconfit alors qu’il était en campagne depuis plusieurs semaines a déjà annoncé qu’il consultait (autour d’une bouteille de Ricard) dès ce lundi, préparant la présidentielle 2012.
Un remaniement pour rien, qui ne changera rien, décidément Nicolas Sarkozy sera un éternel cocu.