Press "Enter" to skip to content

Pourquoi Jean-Louis Borloo serait un mauvais premier ministre

Jean-Louis Borloo, cet homme sympathique, débraillé, buveur est mis en avant comme éventuel premier ministre. C’est évidemment une manœuvre politique car on ne voit pas en quoi il serait meilleur que François Fillon…
Le gouvernement à l’image des précédents est prêt à céder à la poignée de gréviste, et afin de faire croire qu’il ne recule pas, il change le premier ministre qui n’a pas une grande responsabilité dans ce dossier pour ne pas dire aucune…
Jean-Louis Borloo tout sympathique qu’il est, est un combinard qui apprécie les facilités de la vie comme en témoigne sa carrière d’avocat. On a pu constater son efficacité en ministre de l’écologie et le grenelle de l’environnement, une vaste fumisterie.
Jean-Louis Borloo premier ministre, c’est l’assurance de remettre les dossiers des retraites à plat, c’est à dire de revenir à la case départ, des retraites non financées, des emprunts, donc encore plus de dettes, solution que prônent les syndicats.
D’ailleurs, Borloo et Eric woerth en charge des retraites ont déjà fait marche arrière en cédant aux marins CGT de la SNCM en grève.
En quatre jours de grève, les marins ont obtenu la garantie d’en être exonérés. Dans un courrier commun envoyé au préfet de Provence-Alpes-Côte d’Azur, aux entreprises maritimes et à leurs employés, Eric Woerth et Jean-Louis Borloo ont confirmé que « le régime spécial de retraite des marins ne fait l’objet d’aucun projet de réforme et n’est donc pas concerné par l’actuelle réforme des retraites ».
Frédéric Alpozzo, secrétaire général des marins CGT de la SNCM (Société nationale Corse-Méditerranée) exprimait son contentement et se foutait ouvertement des politiques en parlant de la pénibilité de son métier: « Ce que nous avons obtenu, c’est la garantie du respect des engagements qui avaient été pris en 2007, lors de la précédente réforme des retraites. A savoir que notre régime serait épargné, à cause de la pénibilité et de la faible espérance de vie dans notre métier. »
F.Alpozzo voudrait nous faire croire que le Napoléon, c’est le Bounty…
Jean-Louis borloo ne sera qu’un alibi pour Nicolas Sarkozy, pour les deux hommes ce n’est pas très valorisant.