Press "Enter" to skip to content

Bernard Thibault, la CGT, la lumière

La Cour des comptes enquête à nouveau sur le comité d’entreprise d’EDF. Une institution «livrée à elle-même, sapée par les gaspillages et les dysfonctionnements en tout genre».
Depuis que Bernard Thibault avait été entendu concernant des détournements de fonds, abus de biens sociaux, emplois fictifs etc, on pensait l’affaire enterrée….
Le Comité d’entreprise (CE) d’EDF est le plus riche de France. Mais il ne parvient pas à terminer l’année dans le vert. Un élan d’action sociale? Plutôt une très mauvaise gestion, déplore la Cour des comptes, qui ouvre une nouvelle enquête sur la désormais connue CCAS (Caisse centrale d’action sociale), trois ans après avoir rendu un rapport qui fustigeait le manque de transparence et la fraude au sein du CE d’EDF, piloté par la CGT.
Le comité d’entreprise d’EDF, dont le budget frise les 500 millions d’euros pour 300.000 électriciens-gaziers est en fait la caisse noire de la CGT. Selon un administrateur de la CCAS, les comptes seront en perte de quelque 70 millions d’euros à la fin de l’année, après déjà une année qui s’était soldée par un déficit de 32 millions d’euros. A la CGT, on sait gérer….
Les embauches ont continué de fleurir, et les frais de gonfler. Une facture à 22 millions d’euros pour des bureaux d’études et des sociétés de conseils. Autre gaspillage révélateur du manque de responsabilité de la CCAS: une société de consultants a facturé ses frais de déplacements à 3 millions d’euros. Le CE d’EDF a payé, sans demander de justificatifs.
Sur le plan judiciaire, le dossier est toujours ouvert pour «abus de confiance, escroquerie, faux et usage de faux, complicité et recel», l’enquête menée par le pôle financier pourrait déboucher sur la mise en examen de la CCAS en tant que personne morale; mettre en examen un leader syndicale, de surcroît ancien cheminot ne serait pas pour apaiser le climat social..