Press "Enter" to skip to content

Les carburants ont vaincu la CGT

Ce qu’aucun politique n’avait réussi à faire, le risque de pénurie de carburant l’a fait.
Les gouvernements successifs depuis des dizaines d’année cèdent devant une poignée de bolcheviques pudiquement dissimulés derrière le sigle CGT. Il ne s’agit pas d’un syndicat qui revendique tel avantage ou tel aménagement dans les horaires mais bien d’une lutte de classe contre ces salauds de patrons qui s’enrichissent sur le dos des travailleurs, des riches qui sont riches par l’opération du saint esprit, alors que les membres de la CGT sont pauvres par injustice.
Pas un dans ce groupe restreint, ne pensera qu’il est là ou il est uniquement de son fait, et s’il invoque un manque de chance, il faudra lui rappeler qu’il confond chance et valeur…
La CGT responsable de la faillite du port de Marseille dont nous avons déjà évoqué les armateurs évitant cette destination, la paralysie à répétition de la Corse qui interdit à tout industriel sérieux une éventuelle installation sur l’île, cette corporation d’aigris, de jaloux, fait perdre à la France et donc aux français des milliards d’euros irrécupérables.
Mais cette fois, en tentant de bloquer les dépôts de carburants, la CGT a contraint le gouvernement à hausser le ton, craignant un bordel général à défaut d’une guerre civile.
La CGT, une organisation dont il faut se passer.