Press "Enter" to skip to content

Balladur-Sarkozy à bord d’un sous-marin

L'attentat de Karachi, le scandale de scandales! - ANALYSE DE CONFLIT(

Edouard Balladur la stature du monarque absolu, est en réalité un drôle de coco, qui n’a rien à envier aux autres politiques.
Ses comptes de campagne de 1995 ou il apparaît une mystérieuse somme de dix millions de francs en liquide et dont l’ancien ministre indiquait une fois que cela provenait de dons
puis de vente de briquets et autres gadgets enfin de quêtes à la sortie des meetings, bref du grand n’importe quoi, ce qui n’a pas empêché le conseil constitutionnel de valider ses comptes.
On vous le donne en mille, le président de ce conseil à l’époque, c’était Roland Dumas; lui c’était plutôt dans le bâtiment de surface qu’il officiait (vedette de Taïwan)…
Car pour Balladur, il s’agirait d’une commission pour la vente d’un sous-marin au Pakistan. On vous le donne en mille encore une fois, le directeur de campagne de Balladur à l’époque, c’était … Nicolas Sarkozy!
Le parquet de Paris d’après l’agence Reuters s’est opposé jeudi à l’ouverture d’une enquête par un juge indépendant sur des soupçons de corruption lors d’une vente de sous-marins au Pakistan en 1994, un dossier susceptible d’inquiéter Nicolas Sarkozy.
Peu après la signature par le juge d’instruction Renaud Van Ruymbeke d’une ordonnance lançant des investigations pour « corruption et abus de biens sociaux », le procureur Jean-Claude Marin, lié hiérarchiquement au pouvoir, a annoncé qu’il faisait appel en invoquant des problèmes de « procédure ».

La marine qui n’a jamais servi à rien aura au moins eu le mérite d’enrichir la vie politique.