Press "Enter" to skip to content

2012, un permis de voter

3196584843_1_2_oDMShHOV.jpg

En France, pour aller chasser le lapin le canard ou le faisan, vous devez passer un permis afin de ne pas confondre faisan et autruche, lapin et lynx etc.
Si vous songez à faire un tour en mer avec votre famille en zodiac à l’arrivée des beaux jours, il vous faudra passer un permis. Tout comme aller taquiner le poisson au bord d’un cours d’eau, vous devrez là aussi avoir un permis de pêche. Bien évidemment, se déplacer en deux roues ou en quatre nécessitera là aussi un permis, tout comme aller dans les airs. Quant à édifier un poulailler dans votre jardin, là aussi il vous faudra un permis.

Pour toutes ces choses simples et anodines, il est nécessaire d’obtenir un permis, alors que pour décider du sort de la nation, de l’avenir de nos enfants, de notre mode de vie, de confier nos intérêts à un simple d’esprit ou à une crapule, nul besoin de permis ???

On aura compris que ceux qui exigent des permis pour vivre et ceux qui n’en demandent pas aux électeurs sont les mêmes !

Et c’est bien là le problème !

Au nom de la démocratie, tous les citoyens sont égaux, même si en pratique ils ne le sont que dans le bureau de vote, là où ça n’a aucun intérêt, sauf pour le prétendant au trône.

Un ivrogne, un pilier de bar, inculte a le même pouvoir de vote qu’un analyste financier, un éminent historien, c’est ce qui comble de bonheur, les Ségolène Royal, François Bayrou, Nicolas Sarkozy, Dominique Strauss-Kahn, Olivier Besancenot, et tous les autres, voilà pourquoi le permis de voter n’est pas institué !

La nécessité d’un permis de voter, pour s’en convaincre, il suffit de parler histoire, économie, géopolitique entre amis, pour se rendre compte de l’ignorance générale qui ne permet pas de jauger un candidat et encore moins de ses propositions politiques.
C’est donc comme à chaque fois une sorte de tirage au sort sur spot publicitaire, qui fait l’avantage des candidats imbéciles et qui ferment la porte à d’éventuels prétendants intelligents, refusant ce jeu stupide alors qu’il s’agit d’une question plus importante que conduire un bateau, taquiner le gardon ou tirer le pigeon…

Alors instituer un permis, sur quel critère? Risquer de n’avoir que deux millions d’électeurs pour soixante cinq millions d’habitants ?
La solution et la seule, c’est un mandat raccourci, non reconductible, un don de deux ou trois ans à la nation, à l’image du service militaire.