Press "Enter" to skip to content

Sarkozy prêt à sacrifier Bettencourt pour sauver Woerth

Comment Eric Woerth s'est retrouvé au coeur de l'affaire Bettencourt

La justice suisse enquêterait à la demande du parquet de Nanterre sur certains aspects de l’affaire Bettencourt.

Premier problème, les Suisses devraient enquêter sur l’affaire Bettencourt-Woerth intimement liés.

Un collaborateur de Philippe Courroye procureur et ami de Nicolas Sarkozy a confirmé ce que révélait la presse suisse sans plus de précisions.

D’après l’agence Reuters,

cette demande transmise le 25 août a été jugée régulière et transmise au canton de Genève où le juge d’instruction de Genève Jean-Bernard Schmid s’occupe du dossier.

D’après nos confrères suisse, plusieurs cabinets d’avocats ainsi qu’une banque auraient fait l’objet de perquisitions la semaine dernière.

l’ancienne comptable de Liliane Bettencourt, Claire Thibout a déclaré à la police française que le gestionnaire de sa fortune Patrice de Maistre, lui avait dit en 2007 s’être rendu en Suisse retirer 100.000 euros en espèces afin de les remettre à Eric Woerth, trésorier de l’UMP, pour un financement occulte de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy.

En France, l’opposition de gauche et les syndicats de magistrats, les journalistes estiment que le procureur Courroye n’est pas qualifié pour conduire la procédure, du fait de ses liens d’amitié avec Nicolas Sarkozy.

Selon la presse suisse, Florence Woerth, l’épouse d’Eric Woerth embauchée par Patrice de Maistre en novembre 2007, (quand son mari est devenu ministre du Budget), se rendait régulièrement en Suisse dans le cadre de cet emploi, et était donc informée de l’existence de fonds soustraits au fisc.

On comprend l’intérêt d’amener cette affaire de corruption sur la piste d’une fraude fiscale que Madame Bettencourt a d’ailleurs reconnu et qui n’était évidement ignorée par aucun membre du gouvernement français.

Alors, sacrifier Bettencourt pour sauver Woeth, et qui d’autre?

William Cardspeare