Press "Enter" to skip to content

Pécresse-Huchon, les voyous fourbissent leurs armes…

Valérie Pécresse use de tout et de tous les membres du gouvernement pour déstabiliser Jean-Paul Huchon.

L’agression de Vitry, sert de cheval de bataille à la candidate UMP alors que chaque semaine arrive ce genre de catastrophe, y compris en Corse il y a quelques jours…

La candidate (UMP) en Ile-de-France, Valérie Pécresse, et le ministre Luc Chatel accusent le président de région de laxisme. Le socialiste dénonce «l’exploitation politique de cette affaire».

Un mois après le meurtre d’un lycéen, poignardé par un autre élève dans leurs établissement du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), la question de la violence scolaire s’impose de nouveau dans la campagne régionale en Ile-de-France, permettant de masquer l’incompétence de tout le personnel politique.

Valérie Pécresse a dénoncé la «passivité» et la «faute» de la région, dirigé par son adversaire, le socialiste sortant, Jean-Paul Huchon.

Luc Chatel. Le ministre de l’Education nationale a reproché à la région de n’avoir pas mis en place une clôture autour du lycée.
MAM ou Michèle Alliot-Marie et Christine Lagarde, par solidarité féminine sont venues soutenir Pécresse.
Frédéric Lefebvre, l’homme qui ne paraît pas en possession de tous ses moyens accuse Huchon de «se défausser de ses responsabilités comme d’habitude».

Marie-Pierre de la Gontrie et Julien Dray avaient dénoncé «l’exploitation honteuse» faite par le gouvernement de l’agression du lycéen de Vitry, «pour épicer leur campagne électorale».

Comme d’habitude le débat politique est dans la fosse à purin alors qu’il suffisait de faire remarquer que Jean-Paul Huchon était un repris de justice, notamment condamné pour détournement de fonds publics et qu’il n’avait donc pas sa place comme élu.

Il est vrai que si on se place sur ce plan, il ne va plus y avoir beaucoup de politiques en France…