Press "Enter" to skip to content

Anne Lauvergeon et Henri Proglio, c’est la Guerre !

C’est une guerre sans-merci, à coup de communiqués que se livrent Anne Lauvergeon et Henri Proglio.

Il faut rappeler que le salaire annuel du nouveau patron d’EDF tourne autour d’un million six cent mille euros, ceci explique peut-être cela.

Le journal Challenges avait révèlé en son temps que l’Elysée avait proposé à Henri Proglio de prendre la tête d’EDF.
Si le patron de Veolia Environnement avait l’avantage pour la succession de Pierre Gadonneix, Anne Lauvergeon était également sur les rangs.

Anne Lauvergeon fait figure de parente pauvre avec un peu moins de un million d’euros de salaire annuel, une misère.

Henri Proglio qui n’est pas un gagne-petit voulait conserver la présidence non-exécutive de Veolia et d’opérer un rapprochement plus poussé entre EDF et Veolia, histoire de cumuler les deux salaires, soit trois millions deux cent mille euros ce qui a irrité Nicolas Sarkozy qui songe lui à cumuler le salaire de président et celui de premier ministre prétextant que François Fillon ne fout rien.

Henri Proglio obtiendra ce qu’il voulait mais justqu’à quand?

Non content de ce succès, Henri Proglio remet en question le modèle intégré d’Areva et propose une ouverture du capital de sa filiale réacteurs Areva NP.
Une proposition qui lui vaut un rappel à l’ordre de la ministre de l’Economie Christine Lagarde, qui lui conseille de « d’abord s’occuper de ses dossiers ».

Pour 3.200 000 euros, Christine voudrait bien avoir la paix, surtout que Anne la rappelle à la solidarité féminine.

Pour conclure Anne Lauvergeon mettra en doute les capacités d’Henri Proglio sans le nommer dans le contrat raté avec Abou Dhabi..

Quand on vous disait qu’avoir des employés, on est toujours emmerdé.