Press "Enter" to skip to content

Nicolas Sarkozy a tout faux comme Philippe Séguin.

Pourquoi en sommes nous là après 32 mois de pouvoir Sarkozy?

Nicolas Sarkozy durant la campagne semblait pragmatique, résolu, et c’est ce qui a séduit la majorité des français.

En fait, même si Nicolas Sarkozy fait partie du paysage politique depuis trente ans, il y avait une totale méconnaissance du personnage.

On le croyait brillant, le face à face avec Ségolène Royal nous a démontré le contraire, on le pensait déterminé, le nombre de commissions de réflexion (de gauche à droite) nous prouvaient le contraire.

Nicolas Sarkozy s’en était confié dès son plus jeune âge, il rêvait comme certains d’être pompier, de devenir président de la république (enfantine pour commencer et bananière par la suite).

Carla Bruni-Sarkozy récemment confiait qu’elle trouvait que son mari exerçait bien son métier; lapsus révélateur de l’égarement du couple présidentiel , la fonction de président n’est pas un métier.

Lors des obsèques de Philippe Séguin, le chef de l’état confirmait qu’il s’était égaré dans un chemin qui n’était pas le sien en déclarant:
« celui qui a « occupé tous les postes, toutes les fonctions, mais aussi à celui qui était parfois si triste, T’es-tu vraiment senti un homme politique ? L’as-tu jamais été ? Car en entrant dans la vie politique, tu n’avais pas choisi un METIER, une CARRIERE ».

Nicolas Sarkozy mettait en lumière la différence de Philippe Séguin avec lui-même et l’ensemble de la classe politique en déclarant qu’il n’avait pas choisi un métier.

Ce en quoi d’ailleurs il se trompe, car Philippe Séguin avait bien choisi, occupant tous les postes qu’il soit donné d’occuper dans le même domaine.

Nicolas Sarkozy n’a pas compris comme toute la classe politique, que représenter le peuple, c’est agir pour lui, pour son intérêt et que devant cette tâche que l’on doit exercer avec humilité et désintéressement, la durée ne peut être que très courte, l’homme n’étant pas altruiste à long terme par nature.

La classe politique a au contraire choisi d’en faire un métier, ou la corruption, les prises d’intérêt, les honneurs sont les seules motivations.