Press "Enter" to skip to content

Bernard Accoyer, seul en république bananière française ?

Les demandes répétés de la majorité n’y auront rien fait, celui qui passe déjà pour un traître, le président UMP de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer, a tranché mardi en faveur des socialistes qui exigeaient depuis juillet dernier la poursuite de la procédure visant à créer une commission d’enquête parlementaire sur les sondages commandés par l’Elysée.

Ne vous y méprenez pas, les socialistes ne sont pas plus vertueux qu’à l’UMP, ils sont seulement dans l’opposition !

Une demande qui répondait aux «interrogations» formulées par la Cour des comptes, dans son premier rapport annuel, sur l’important budget alloué par l’Elysée aux enquêtes d’opinion.

L’année dernière, son montant s’est élevé à 3,28 millions d’euros.

Le directeur de cabinet du chef de l’Etat, Christian Frémont, a de son côté révélé mi-octobre, lors de son audition devant l’Assemblée, que le spécialiste des sondages Pierre Giacometti (que l’on voit en permanence sur les plateaux télé) bénéficiait d’un contrat de 43 500 euros mensuels avec l’Elysée et le politologue Patrick Buisson (que l’on ne voit plus à LCI) d’un contrat de 10 000 euros par mois.

Le président de l’Assemblée nationale a justifié sa décision par l’absence de poursuite judiciaire en cours. C’est maintenant à la commission des lois de l’Assemblée de «vérifier les conditions requises» pour la création d’une telle commission et de «se prononcer» sur son «opportunité», a-t-il expliqué.

Alors que Michèle Alliot-Marie (qui justifie l’arrangement avec Nicolas Sarkozy lors des présidentielles, lire dans El Dia) s’était opposée à la création d’une telle commission, le président du Palais Bourbon a jugé que l’objection de la ministre de la Justice n’était pas un motif d’irrecevabilité.
Cette dernière avait en effet estimé que le pouvoir de contrôle du Parlement s’exerçait sur l’action du gouvernement, et non sur celle de la présidence de la République. Un tel contrôle, étant selon elle, inconstitutionnel.
«Les nouvelles dispositions de la Constitution et du règlement de l’Assemblée nationale rendent quasi automatique la constitution d’une commission d’enquête, sauf opposition d’une majorité des trois cinquièmes des membres de l’Assemblée», lui a rétorqué mardi Bernard Accoyer.
Et d’ajouter : «Il n’est pas d’usage que l’exécutif fasse des remarques sur la façon dont le Parlement doit se saisir de telle ou telle question !»

Bernard Accoyer a envoyer se faire foutre Alliot-Marie, et il a bien fait.

Reste à savoir si les députés UMP vont lui pardonner cette honnêteté…