Press "Enter" to skip to content

Nicolas Sarkozy est un père aveugle ?

Jean Sarkozy qui défraie la chronique n’a évidemment rien de spécial pour cela si ce n’est les coups de piston du fait de son père.

Gamin pas très brillant, on a pu le constater à maintes reprises lorsqu’il s’est exprimé devant les micros, imitant son père jusque dans les gestes, pas très sympathique lorsque l’on se remémore la place de la concorde en scooter et l’association avec David Martinon à Neuilly, mais Nicolas Sarkozy semble ne rien voir, et c’est le plus inquiétant.

Son fils n’est qu’une pâle copie de lui-même et aspire à la même carrière politique.

Le président de la république estime
dans une interview publiée ce vendredi par Le Figaro, que son fils a le droit de viser ce poste (EPAD) et qu’il n’y a en la matière aucune forme de népotisme : « A travers cette polémique, qui est visé ? Ce n’est pas mon fils. C’est moi […]. Y a-t-il un âge pour être compétent ? Je souhaite le rajeunissement de nos élites politiques qui ont bien vieilli. »

Et là, c’est grave, très grave!

Nicolas Sarkozy a perdu tout réalisme lorsqu’il classe son fils dans les élites!

On avait de très sérieux doutes lors du rappel de Jaques Attali, Eric Besson, Eric Woerth et compagnie, aujourd’hui, il n’y a plus de doute possible, ce n’est pas la France des élites mais celle des andouilles que met en place le président!

Jean Sarkozy pistonné par son père, c’est la triste réalité:

Epad: la limite d’âge retoquée à l’Elysée. AFP 14/10/2009.

Un projet de décret levant la limite des 65 ans pour présider à l’aménagement de la Défense a été retoqué à l’Elysée, a-t-on appris de sources concordantes, sur fond de polémique autour d’une élection de Jean Sarkozy à cette fonction. Un premier décret prévoyant la fusion de deux établissements publics des Hauts-de-Seine – Epad (Défense) et Epasa (Seine-Arche) -, sorti de Matignon en juillet, incluait une disposition permettant de présider le futur organisme au-delà de 65 ans, selon une source départementale proche du dossier.

Jean Sarkozy, fils cadet du président de la République, ambitionne de succéder à Patrick Devedjian, président de l’Epad atteint par la limite d’âge de 65 ans imposée aux présidents d’établissements publics. Une source autorisée à la région Ile-de-France a également assuré à l’AFP que les services du Premier ministre avaient préparé un projet pour repousser cette limite d’âge. Cela aurait permis à M. Devedjian, ministre de la Relance et président du conseil général des Hauts-de-Seine, de rester en place à la tête de l’Epad élargi, jusqu’aux élections cantonales de 2011. Selon un élu de gauche siégeant comme administrateur à l’Epad, interrogé par l’AFP, M. Devedjian, désireux de se maintenir, avait formulé une demande en ce sens.

Mais selon la source proche du dossier dans les Hauts-de-Seine, « après être passé à l’Elyée, le projet de décret » sur la fusion ne comportait plus la disposition levant le verrou de l’âge. Le projet de décret de fusion de l’Epad, qui couvre les 160 hectares du quartier d’affaires, et de l’Epasa, chargé d’urbaniser 320 hectares sur la zone voisine de Nanterre, est actuellement soumis pour consultation aux collectivités locales concernées. Elles examinent également un autre décret élargissant le périmètre « d’intérêt national » administré par l’Etat à d’autres portions de Nanterre et à La Garenne-Colombes. Actuellement le quartier de La Défense s’étend essentiellement sur les communes de Puteaux et Courbevoie.

A LIRE EGALEMENT LES MAGOUILLES CONCERNANT L’AGE DANS LIBERATION.