Press "Enter" to skip to content

Rachida Dati ne ment pas, elle enjolive…

Notre confrère de la presse française Rue89 revient en détail sur les « mensonges » par omission de Rachida Dati, dont nous avons tiré quelques extraits afin de documenter cet article quant à ces fameux mensonges.

Rachida Dati fait penser à un sketch bien connu d’un chercheur d’emploi du Maghreb qui déclare que oui, il a ce diplôme, et qu’en fait il a tous les diplômes, au fur et à mesure des questions de l’ANPE. Tout cela avec l’accent, c’est très drôle!

Dans toutes histoires comiques, il y a une part de vérité, et c’est peut-être une culture différente qui fait que l’on ne présente pas les choses de la même façon.

Un charmant ami Marocain, lorsqu’il était à Paris décrivait sa maison à « Casa » avec sa piscine et sa R16. Lorsque nous nous rendions à son invitation, on pouvait constater que la piscine était un bassin et que la R16 était une R12. Histoire charmante qui caractérise ces gens si généreux et souvent enjoués.

Rachida est peut-être une de ceux là, pour preuve, on la voit constamment souriante.

Que lui reproche-t-on exactement hormis d’être ambitieuse?

L’ancienne ministre de la Justice a barré d’un trait la case « activités professionnelles » de sa « déclaration d’intérêts financiers », alors qu’elle est à la tête d’une société de conseil, « La Bourdonnais Consultants »?

En tant que membre de la commission des affaires économiques et monétaires du parlement, une telle activité aurait pu représenter un conflit d’intérêt. Surtout, explique La Tribune, si l’ancienne garde des Sceaux avait obtenu la rédaction du crucial rapport sur les fonds spéculatifs, en raison d’un contrat qu’elle aurait avec le cabinet d’avocats américain Wilkie Farr & Gallagher spécialisé dans le capital-investissement.

Le cabinet de Rachida Dati a fait savoir ce dimanche que la société « La Bourdonnais Consultants » était pour l’instant « inactive »

Elle aurait aussi oublié de déclarer qu’elle était maire du VIIe.

En effet, comme l’a révélé l’hebdomadaire Marianne dès le 16 septembre, l’eurodéputée a d’abord rendu une fiche totalement vierge, omettant de mentionner qu’elle était maire du VII arrondissement de Paris.

L’article rapportait aussi que, selon une ancienne eurodéputée, si cela ne devrait pas conduire à des « sanctions », il est certain que « dans un autre pays que la France, ça ferait scandale »

« L’esprit au Parlement européen, malgré ce que peuvent penser les gens, c’est l’hyper-transparence. Le but de ce formulaire, c’est que l’on puisse vérifier qu’il n’y ait pas de prises d’intérêts. »

En matière d’arrangements avec le CV, Rachida Dati n’en est pas son coup d’essai. On se souvient de la polémique sur le diplôme de l’Institut supérieur des affaires (un MBA de HEC), qui figurait dans son CV alors qu’elle ne l’avait pas validé (information révélée par L’Express mais à laquelle elle avait apporté un démenti « catégorique »).

Une affaire d’autant plus gênante que c’est ce diplôme de l’ISA non validé qui lui aurait permis de rentrer à l’Ecole nationale de la magistrature… et donc d’être légitime pour diriger la Chancellerie.

Rachida entend continuer sa marche politique en visant le siège de Bertrand Delanoë à la mairie de Paris, et alors?

Des petits mensonges dans une république bananière, quoi de plus normal?
Dominique de Villepin a bien prêté serment comme avocat n’ayant fait aucune étude de droit alors qu’il était inculpé de tous les chefs d’accusation que l’on connaît…

A ce que l’on sait, le repris de justice José Bové est un député européen, n’est-ce pas plus choquant?
Jean-paul Huchon, repris de justice également est à la tête de la région Ile de France, qui s’en plaint?

Rachida Dati continuera sa route imperturbable, tout comme Jean Sarkozy, tous les deux pour l’instant exempt de toutes condamnations…