Press "Enter" to skip to content

Polanski n’est pas un Satyre déclare Finkielkraut

Frédéric Mitterrand, qui aurait mieux fait de la boucler, soit dit en passant, est rejoint aujourd’hui par le philosophe Finkielkraut pour défendre Roman Polanski qui aurait été victime d’une véritable salope d’après lui.

Rien de choquant à priori, l’apparence des filles de 13 ans n’a rien à voir avec nos grands mères à cet âge là, si ce n’est que cette histoire remonte à trente ans…

Remémorons nous les années 1977 et songeons à quoi ressemblait les filles de treize ans; chacun jugera avec son regard de l’époque.

Rappel des faits.

Le 10 mars 1977, Roman Polanski a reconnu une relation sexuelle avec une mineure de 13 ans, Samantha Geimer, en marge d’une séance de photographie à Los Angeles, aux Etats-Unis.

Samantha Geimer témoignera devant un grand jury, dont le journal, le Los Angeles Times s’est fait l’écho.
le cinéaste lui avait fait boire du champagne, l’avait droguée et qu’elle avait tenté, sans succès, de résister à ses avances.

Quinze jours plus tard, Roman Polanski est inculpé pour fourniture de substance réglementée à une mineure, actes obscènes ou lascifs sur un enfant de moins de 14 ans, relations sexuelles illégales, viol par usage de drogue, perversion et sodomie, selon les informations du Los Angeles Times.

Un accord est alors négocié avec le procureur, la famille de la victime souhaite lui éviter le traumatisme d’un témoignage public.

Roman Polanski décide de plaider coupable pour le chef d’accusation de « relations sexuelles illégales ». Les autres accusations sont abandonnées.

Le cinéaste est incarcéré 42 jours à l’hôpital-prison Chino, dans les environs de Los Angeles.

Le 17 décembre 1977, il apprend qu’il risque finalement une peine maximale de 50 ans de prison, et décide de fuir la justice américaine. Il viendra se réfugier à Paris.

Une histoire d’amour ou une enculerie qui ne vaut peut-être pas tout le battage médiatique actuel.