Press "Enter" to skip to content

Le parlement Européen à l’image de l’Europe…

A Strasbourg, quand on ne sable pas le champagne, quand on ne s’encanaille pas avec les secrétaires, on cherche vainement à s’occuper, tant cette assemblée est à l’image de la politique en générale, c’est à dire nulle.

Un énorme problème qui secoue, qui réveille tous ces élus inopérants, inutiles, est l’éventuel discours qui devrait être prononcé par le doyen qui en l’occurrence est Jean-Marie Lepen.

Les socialistes qui ne ratent pas une occasion de lever leurs Verts, se sont donc associés à eux au Parlement européen, pour proposer mardi de modifier le règlement interne afin d’éviter que Jean-Marie Le Pen ne préside la prochaine session inaugurale de l’institution en tant que doyen.

« Je suis préoccupé par le fait qu’un négationniste de l’Holocauste puisse présider la session inaugurale du Parlement européen » en juillet après les élections européennes de juin, a souligné le social-démocrate allemand Martin Schulz, président du groupe socialiste, assurant que la solution était de « modifier le règlement ». (lui aussi)

Devant cette refonte essentielle du règlement du parlement, le co-président des Verts, Daniel Cohn-Bendit, qui ne rate jamais une occasion de l’ouvrir, n’ayant jamais rien à dire d’essentiel, a précisé que son groupe avait « toujours été pour changer le règlement, parce que le fait que le doyen préside (la session inaugurale) est ringard ».

On est pantois d’admiration devant cette remarque brillante, pertinante, par ce spécialiste de la ringardise.

Et au Brillantissime Cohn d’ajouter:
« Nous sommes pour que ce soit la députée la plus jeune qui ouvre la session, non pas à cause de Le Pen, mais parce que c’est un signe pour l’avenir. Allons jusqu’au fond du symbolisme: on ne veut pas des croulants ».

Génial, Daniel Cohn l’est, et c’est l’éclatante justification des 15000 euros qu’il touche chaque mois, que certains euroseptiques dénoncent…

Il termine:
Prendre une telle décision ne sera néanmoins « pas facile », a pronostiqué M. Cohn-Bendit.

On est fier d’être Européen, Français, mais on préfèrerait quand même être monégasque.

Tant qu’à faire partie de la troupe de Guignol, autant être avec ceux qui ne se prennent pas au sérieux!