Press "Enter" to skip to content

Manifestations, Sarkozy, Aubry, c’est la chienlit

Une journée pour rien, si ce n’est pour une poignée d’andouilles, exactement 2.000.000 dans toute la France, ce qui est une source de satisfaction car on aurait pu penser qu’elle en conpterait 60.000.000.

Manifestation pour quoi faire, pour quelle revendication, pas un manifestant ne pouvait aligner une raison cohérente, une revendication légitime…

On a pu entendre que c’était pour que le gouvernement prenne conscience de la crise…
Qui peut raisonnablement exposer ceci alors que Monsieur Sarkozy a déclaré qu’il garantissait les placements des francais, qu’il volait au secours des banques à coups de centaines de milliards alors qu’il n’a pas un sou vaillant en poche…

Celle qui devrait être devant les tribunaux pour rendre des comptes sur la supercherie des 35 heures, Martine Aubry en rajoutait expliquant que le président était timoré et qu’elle mettrait le double si elle était au pouvoir…

N’ayant jamais su compter, Martine Aubry a tout de même compris qu’on pouvait multiplier zéro à l’infini, toute la fierté de Jacques Delors.

Alors que Ségolène Royal deversait sa bile dans un bouquin, essayant de décrire le chef de l’état comme un minable petit mec, Martine Aubry comme une mère maquerelle, elle nous rappelait qu’elle voulait faire de la politique autrement et élever le débat…

Pendant ce temps quelques autres politiques avaient maille à partir avec la « justice » pour des détournements de fonds publics, bref le train train habituel.

La crise est là, mais les français en redemandent; des dettes, encore des dettes, ce qui comblent de joie les politiques de tous bords, car c’est ce qu’ils font de mieux et à vrai dire ne savent faire que ça.

Votez, priez, bêlez, les politiques vous ont exaucé, vous ruiner.