Press "Enter" to skip to content

F.Desagneaux, un mouton de Sarkozy

Les chinois émettent des menaces tous azimuts afin d’influencer Nicolas Sarkozy pour qu’il ne rencontre pas le Dalaï lama en Pologne.

Le président français céderait à ce chantage qu’on ne serait pas étonné.

On peut se demander si ce n’est pas à cette intention qu’un de ses moutons pâturant au quai d’Orsay, Frédéric Desagneaux déclarait il y a quelques heures en réaction aux propos d’un chinois, Monsieur Liu, qui n’a rien à voir avec les biscuits:
« que la Chine était un « partenaire économique essentiel pour l’Union européenne et ses Etats membres » et que « tout devait être fait pour favoriser » les échanges économiques et commerciaux entre l’UE et Pékin. La France et la Chine entretiennent un partenariat industriel et technologique étroit et ancien qui s’inscrit dans la durée et fondé sur de nombreux projets mutuellement bénéfiques ».

Il a rappelé également que « 2.000 entreprises françaises étaient établies en Chine et emploient 300.000 personnes ».

Le terrain est préparé à la façon d’un golf pour que Nicolas Sarkozy puisse se défiler dans l’intérêt de la nation.

Quel est le français qui lui reprochera de s’occuper de nos affaires alors que celles du Tibet, de la morale, de la liberté des peuples, tout le monde s’en fout.

En France on sait être des chiens, et ça tombe bien, c’est le plat favori des chinois.