Press "Enter" to skip to content

Sarkozy donne raison à El Dia 24h après….

Vingt quatre heures après la publication de notre article « le Tibet est sauvé, Sarkozy l’annonce », ou nous expliquions que naturellement le président français allait se coucher devant les chinois prétextant que l’on avait déformé ses propos, nous avons aujourd’hui la confirmation de ce que nous écrivions:

Nicolas Sarkozy a assuré qu’il parlerait avec la Chine, très contrariée de sa rencontre prévue avec le leader tibétain. «Ce n’est pas un problème», assure de son côté Bernard Kouchner.
Pour Kouchner il n’y a jamais de problème, tant qu’il passe à la caisse… Quand il est au chômage, c’est un autre problème.

Dès le lendemain de l’annonce du chef d’Etat, la Chine a fait savoir que cette rencontre, prévue le 6 décembre prochain en Pologne, aurait un impact négatif sur les relations entre les deux pays. «Nous appelons la France à considérer les intérêts généraux, à préserver le principe d’une seule Chine, à respecter ses engagements, à prendre en considération les inquiétudes chinoises et à gérer correctement ce problème pour promouvoir le développement stable des relations sino-françaises et sino-européennes», a souligné le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Qin Gang, dans un communiqué.

Un petit coup de chantage, c’est la deuxième spécialité de la Chine après le copiage.

Le porte-parole rappelle également l’opposition ferme de la Chine à «toute sorte de contact» entre des dirigeants étrangers et le Prix Nobel de la Paix 1989, qu’elle considère comme un «sécessionniste».
La Chine ne se considère pas comme un envahisseur, et c’est là qu’est le problème, qui n’en est pas un pour Kouchner et Sarkozy.

De son côté, Nicolas Sarkozy a minimisé vendredi l’importance de cette rencontre. «Si c’est un problème, ce sera une occasion de dialogue de plus», a-t-il répondu lors de la conférence de presse clôturant un sommet entre l’Union européenne (UE) et la Russie à Nice.

Et voilà le travail; on a raison de lui décerner la médaille du courage politique…. Le ridicule ne tue pas, et c’est dommage.