Press "Enter" to skip to content

Rossi-Sarkozy-Clavier, des pieds nickelés

Le parquet indique que les occupants de la pelouse corse de Christian Clavier seront jugés et punis…

Quel contraste avec le laxisme dont fait preuve la justice vis à vis de José Bové…

Il est vrai que l’herbe de l’ami de Sarkozy est plus précieuse que les milliers de tonnes de maïs que Bové a saccagé au mépris du travail et des revenus des agriculteurs…

Pour Dominique Rossi, il affirme avoir fait son travail et n’avoir rien à se reprocher, tandis que certains s’empressent de voir une connivence avec les nationalistes Corse.

Pour Nicolas Sarkozy, c’est différent!

Il y a lui, sa famille et ses amis, et il est d’une intransigeance sur le travail de ceux chargés d’assurer sa tranquillité.

Il est dommage qu’il ne s’applique pas cette rigueur à lui-même, car après plus d’un an, son bilan est plus que navrant.

Jeudi, Nicolas Sarkozy a justifié le limogeage du coordinateur des forces de sécurité en Corse, comme il l’avait fait la veille dans des propos rapportés à l’issue du conseil des ministres. «Quand il y a une erreur, il est normal que le responsable assume cette erreur».

Promis, dans un peu moins de quatre ans, cette belle maxime lui reviendra en pleine figure…

A Damas. Nicolas Sarkozy a répliqué après les critiques de l’opposition dénonçant «le fait du prince», «L’opposition a un tel bilan en Corse, que je ne m’étonne nullement qu’elle s’étonne que j’applique la loi en Corse».

On peut s’étonner que le président déclare appliquer la loi dans cette affaire, alors que dans l’affaire de l’accrochage de son fils roulant en scooter comme dans bien d’autres affaires, Nicolas Sarkozy nous a plutôt habitué à s’asseoir dessus…

La semaine dernière, Nicolas Sarkozy était au prise avec un épineux dossier qui a mobilisé toute son énergie: le raccordement du tout à l’égout de sa belle-mère au cap nègre…

Le président est au travail, sa famille et ses copains peuvent en attester.

Comme tout ce qu’il fait, Nicolas Sarkozy a une fois de plus tout raté car c’était l’occasion rêvée de se débarrasser de Michel Alliot-Marie, bien plus incapable qu’un Rossi…