Press "Enter" to skip to content

ISF, Marini, Bercy, Sarkozy, on est parti

El Dia de la Republica a maintes fois exposé la stupidité fiscale des gouvernements français qui depuis Mitterrand, a fait fuir les capitaux et les personnes.

Chirac arrivant au pouvoir, l’exode a continué de plus belle tant le personnage était peu crédible.

Avec l’élection de Nicolas Sarkozy, on y a presque cru, mais très vite les français se sont rendus à l’évidence que rien ne changerait, le président n’ayant pas réalisé qu’il était élu…

En 2006, huit cent quarante trois contribuables ont pris la poudre d’escampette, soit 200 de plus que l’année dernière.

Pour Philippe Marini le sénateur UMP, c’est un peu moins de trois milliards d’euros qui se sont évaporés dans la nature Suisse, Belge et du Royaume uni.

C’est donc en dix ans quelques 5000 grandes fortunes ou assimilées comme telles qui se sont fait la malle, laissant aux besogneux le soin, d’entretenir cette classe politique inutile et qui ne résoudra en rien les problèmes du pays et ceci depuis quarante ans.

Philippe Marini, inconséquent comme Nicolas Sarkozy propose de relever le seuil d’imposition de 770.000 à 1.000.000 d’euros, ce qui ne changera évidemment rien.

De telles propositions ne sont que des alibis pour justifier le salaire ainsi que les indemnités du sénateur Marini et des autres membres de la chambre à coucher au Sénat.

l’évidence impose la suppression de cet impôt sectaire, instauré par une gauche archaïque, revancharde et malhonnête , la gauche de François Mitterrand, de Ségolène Royal et de tous les socialistes français en général…

A droite, ce n’est pas mieux, il ne nous restera donc que l’abstention, la révolution, ou bien la fuite…