Press "Enter" to skip to content

Casinos, de Sarkozy à Laporte, il n’y a qu’un pas

Nicolas Sarkozy est heureusement président de la république, et qui comme Chirac, peut échapper à la justice au moins pendant son quinquennat.

En effet, dans l’affaire des casinos et des machines à sous qui vont avec, Nicolas Sarkozy alors qu’il était ministre de l’intérieur était d’une extrême générosité avec les groupes Barrière et Partouche.

Bernard Laporte qui a bénéficié dans l’affaire Ruggieri du classement de l’affaire est rattrapé par

la doyenne des juges d’instruction du tribunal de grande instance de Paris, qui a décidé vendredi 11 d’instruire une plainte contre X pour favoritisme déposée par les gérants du petit casino de Gironde dans laquelle apparaît le nom du secrétaire d’Etat aux Sports.

Mais c’était sans compter les amitiés entre la politique et la justice, car

Le parquet a fait appel de l’ordonnance de la doyenne se justifiant par le fait qu’il avait requis le 19 octobre et qu’il n’y avait pas lieu d’ouvrir d’information judiciaire, estimant que le délit n’était pas constitué.

Lundi, cet appel sera examiné par la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris. Si elle juge l’ordonnance recevable, la doyenne des juges d’instruction pourra ensuite ouvrir une information judiciaire.

Reste à savoir le degré de compromission de toutes ces chambres…