Press "Enter" to skip to content

Sarkozy, le gouvernement, la majorité, un cafouillage sans nom

Après avoir reculé sur la réforme des taxis que voulait tant Jacques Attali, et à peu près tout ce sur quoi il a été élu, Nicolas Sarkozy au nom des économies indispensables à l’avenir de ce pays, avait décidé de supprimer les réductions familles nombreuses, que les ménages de trois enfants et plus bénéficiaient depuis 1921.

Devant le tollé des associations, la frilosité de la SNCF à qui Nicolas Sarkozy comptait refiler le bébé, le gouvernement et son président ont fait machine arrière, mais pas seulement…

.Non-content de reculer, Nicolas Sarkozy en rajoute et annonce le possible élargissement de la carte Familles nombreuses, « regrettant que des situations familiales dignes d’intérêt » comme les « familles monoparentales ou les familles modestes ayant moins de trois enfants » ne soient pas prises en compte par la carte Familles nombreuses actuelle.

Il a chargé la nouvelle secrétaire d’Etat à la famille, Nadine Morano, et le président de la SNCF, Guillaume Pépy, de préparer, dans la concertation, des mesures « susceptibles de remédier à ces anomalies ».

Mais alors, adieu les économies et bonjour les dépenses supplémentaires !

Cafouillage, bordel, cacophonie, désorganisation, pagaille, bazar sont les adjectifs qui sied à ce début de quinquennat.

C’est probablement ce qu’appelle Nicolas Sarkozy, la rupture…