Press "Enter" to skip to content

Santini, Sarkozy, Dati, Hamon, cherchez l’intrus

André Santini, le secrétaire d’Etat à la fonction publique, est déjà mis en examen pour « prise illégale d’intérêt », « faux et usage de faux » et « détournement de fonds publics » dans l’affaire de la fondation d’art contemporain Hamon.

Nicolas Sarkozy aurait signé une lettre alors qu’il était président du conseil général des Hauts-de-Seine, lettre qui serait apparue dans le dossier judiciaire de l’affaire Hamon, et qui porte sur des détournements de fonds publics.

Me Philippe Gumery, le conseil du collectionneur d’art Jean Hamon, s’est appuyé sur cette lettre pour demander à la juge d’instruction Nathalie Andreassian d’enquêter sur les flux financiers autorisés par Nicolas Sarkozy.

Selon Me Philippe Gumery, la lettre signée par le chef de l’Etat le 13 octobre 2004, à l’époque où il était à la tête du conseil général des Hauts-de-Seine, atteste de sa connaissance du dossier Hamon.

Pour Me Philippe Gumery, les faits reprochés à André Santini pourraient aussi concerner Nicolas Sarkozy.
L’avocat demande, en outre, l’audition de la garde des sceaux, Rachida Dati, qui était directrice générale adjointe des services du conseil général des Hauts-de-Seine.

La cour d’appel de Versailles devrait se prononcer, vendredi 28 mars, sur un complément d’information réclamé par Me Philippe Gumery.

Il manque dans cette affaire les Balkany…