Press "Enter" to skip to content

Kouchner, Ockrent, Sarkozy, Betancourt, quel rapport ?

Bernard Kouchner, l’époux de Christine Ockrent, le nouvel ami très cher de Sarkozy, mais qui est aussi le ministre des affaires étrangères de la France a réagi ce lundi 3 mars à la mort du FARC, Raul Reyes avec qui il devait probablement être ami…

Raul Reyes, le numéro deux du groupe révolutionnaire colombien dont la spécialité est le kidnapping a trouvé la mort lors d’une opération de l’armée colombienne.

On pouvait penser que le monde entier allait se réjouir, et bien pas du tout ! Trois ou quatre individus, dont Bernard Kouchner, Hugo Chavez, Rafael Correa, et le comité de soutien d’Ingrid Betancourt pleurent le défunt…

Kouchner a été jusqu’à un éloge funèbre, certes bref: « Raul Reyes, l’homme avec qui nous parlions, l’homme avec qui nous avions des contacts, a été tué ». L’ami avec qui parlait Kouchner n’avait pas fait grand-chose pour Ingrid, puisque dit-on, elle ne serait pas au mieux de sa forme…

Frère Kouchner a rappelé que l’objectif de la diplomatie française est de « sortir tous les otages, tous, mais d’abord Ingrid.

Dans le même temps, Bernard Kouchner déclarait qu’il n’hésiterait pas à démissionner s’ il y avait un conflit d’intérêt avec la nomination de sa femme Christine Ockrent par Sarkozy à la voix de la France chapeautée par le premier ministre…

On remarquera que le ministre des affaires étrangères a employé le conditionnel, tout en assurant qu’il n’y aurait aucun problème.

Donc, l’affaire est limpide, Ockrent et Kouchner resteront en poste !

Nicolas Sarkozy et son paravent colombien, est confronté à la baisse des sondages, pour ne pas dire au plongeon, perdant des points jour après jour.

Il n’a de cesse de répéter qu’il a été élu pour cinq ans et que l’on ne gouverne pas avec les sondages, il n’empêche qu’au rythme ou vont les choses, les français vont descendre dans la rue, non pas pour une quelconque grève, mais plus simplement pour exiger la démission du chef de l’état.

Le rapport entre ces quatre personnages, c’est un peu comme dans l’administration française, un qui travaille, trois qui regardent.

Ingrid Betancourt est une victime dans son pays, à des milliers de kilomètres de la France, mais sert les intérêts de Sarkozy pour masquer ses carences, et qui se fait passer la brosse à reluire par Kouchner, pour placer Ockrent…