Press "Enter" to skip to content

Conférence de Presse ou Sarko-show ?

Commencant son intervention par un numéro de guignol, tournoyant, tressautant, s’interrogeant, tout cela accompagné de tics, on se prenait à penser que Nicolas Sarkozy n’est pas très sérieux, ou n’est pas très intelligent…

Il a ensuite changé de posture et a repris l’avantage aux réponses des questions des journalistes, exercice ou il excelle ; ce n’est pas Laurent Joffrin remis vertement à sa place (à tort d’ailleurs) qui dira le contraire !

La suppression des 35 heures , une mesure pour 2008 qui est passée inaperçu dans la conférence de presse de Nicolas Sarkozy, à moins que ce ne soit une erreur comme le président a coutume d’en commettre…

Hormis cette annonce, Nicolas Sarkozy nous a refait le coup du discours fleuve de la campagne, passant en revue tous les sujets, posant toutes les questions, sans jamais apporter de réponse … Du réchauffé servi à maintes reprises qui fait penser que les auteurs des discours du président sont cuits…

Nicolas Sarkozy comme à son habitude a usé de sa rhétorique, faite de justification de l’indispensable « rupture », de critiques des trente dernières années d’immobilisme, auxquelles il convient d’ajouter les huit premiers mois de son quinquennat..

Multipliant les « j’assume », « moi je » « que dirait on » le président a justifié l’injustifiable visite de Kadhafi, la peoplelisation de sa vie privée et qu’il était en première ligne et le premier responsable.
Sur ce point il a raison et c’est un changement dont il faut lui donner crédit.

Revenant sur l’importance du Grenelle de l’environnement qui est une vaste fumisterie, on a reconnu le Sarkozy calculateur, ce qui a ruiné les réponses qui auraient pu convaincre…

Des promesses, de la détermination, en complète contradiction avec l’inaction depuis le début du quinquennat qui s’assimile à de la pure gesticulation…