Le scandale José Bové

Article I, le droit à la propriété est sacré ! C’est beau, c’est faux, c’est français!

Nicolas Sarkozy, le valet de Kadhafi est une fois de plus ridiculisé, cette fois-ci par les magistrats et José Bové!
La crapule comme on l’appelle dans le monde paysan, s’en sort avec la complicité de l’état, et de la magistrature (la justice étant absente) paraît-il indépendante !

Quatre mois de prison convertis en 4800 euros d’amende que le champion des trouducs ne payera pas, vu qu’un ramassis d’arriérés se précipiteront pour apporter leur obole…

Prions, le terme est fort, pour qu’un commando dont on ne sait quoi ou qui, foute le feu à la bicoque de José Bové, lui rase les moustaches, et plus si affinités…

Nous lançons une souscription, José Bové Wanted, pour augmenter la prime de 5000 euros ; la justice française ayant baissé les bras, le propriétaire foncier devrait se substituer…