Le Venezuela tourné vers l’avenir, sans Chavez

C’est peut-être le commencement de la fin pour le dictateur Hugo Chavez, avec une majorité d’opposants au référendum.

Les étudiants, les associations de droits de l’homme, les cercles financiers et certains anciens alliés de Chavez s’étaient prononcés dimanche contre le projet de réformes, accusant Chavez de vouloir approfondir son régime dictatorial.

Le fantoche de Caracas avait averti avant le scrutin qu’une défaite pourrait anéantir la révolution socialiste et le pousser à envisager sa succession. ..

Chantage à la Ségolène Royal qui a aussi mal marché au Venezuela qu’en France. Rappelez vous avant le deuxième tour, la candidate socialiste qui promettait des émeutes à travers tout le pays si Sarkozy était élu…

Aussitôt les résultats connus, 51% pour le non, Hugo Chavez changeait de discours et déclarait « Ce n’est pas une défaite, c’est un nouveau ‘pour l’instant' », resservant la même phrase qu’il avait prononcée en 1992, après l’échec de sa tentative de coup d’Etat.

Il va pouvoir se consacrer pleinement à son autre grand projet politique qu’il partage avec Nicolas Sarkozy, la libération D’Ingrid Betancourt…