Press "Enter" to skip to content

Sarkozy, Que c’est triste Moscou.en octobre

Le président Nicolas Sarkozy a quitté Moscou sur un climat de fraîcheur si l’on s’en tient à la grise mine que faisait Vladimir Poutine.

Il est vrai que le président Russe se pince quand il rie, à croire que les anciens du KGB ne sont pas de gais lurons…

La visite de Nicolas Sarkozy aux représentants de l’organisation de défense des droits de l’homme, « Memorial ». créée entre autre par Andreï Sakharov le prix nobel, et dirigée aujourd’hui par Oleg Orlov, n’a pas plu à Poutine, bien qu’il s’en défende…
Le Memorial à effectué un recensement des crimes commis en Tchétchénie, ce qui avait pense-t-on engendrer l’assassinat, il y a un an, de la journaliste Anna Politkovskaïa . (lire article de l’époque dans El Dia). En complet désaccord sur la position à tenir face à l’Iran, Les sanctions économiques que voudraient déployer Sarkozy resteront au placard.

Devant des étudiants Russes, le président français a déclaré que si les Etats-Unis étaient ses amis, il n’était pas son vassal , et défendu la liberté de la presse, ce qui n’en doutons pas fera plaisir aux médias français…

Un voyage pour rien c’est certain, et Nicolas Sarkozy y aura perdu un peu de sa crédibilité quant à changer les choses.
Pour ce genre de visite qui ne sert à rien, il avait l’homme de la situation, Bernard Kouchner…

.