Press "Enter" to skip to content

L’indépendance des Médias sous influence syndicale

Les journalistes indépendants et libres s’insurgent des pressions exercées par les syndicats pour avoir la main mise sur les rédactions.

Noyautés par divers partis de gauche, les médias français ne sont plus en mesure de délivrer une information fiable et éclairée. Tous les journaux de gauche comme de droite, orientent les éditoriaux en fonction de leurs appartenance et idéaux politiques.

Seule une information non subventionnée, non manipulée par des syndicats ou des groupes industriels devrait avoir droit de citer, ce qui équivaudrait à fermer 90% des titres français, une belle économie de papier et d’énergie !

Les syndicats (SNJ, SNJ-CGT, USJ-CFDT, SJ-CFTC, SPC-CFE-CGC, SJ-FO), ont présenté jeudi une série de propositions afin de garantir la main mise sur les rédactions:

« Les syndicats de journalistes entendent que l’équipe rédactionnelle soit « obligatoirement consultée » avant et lors de la nomination du responsable de la rédaction, qui devra lui présenter son projet.
La rédaction pourra alors s’opposer à sa nomination ou à son projet, selon le souhait des syndicats.
Ils exigent également que la rédaction soit « obligatoirement consultée » par la direction sur « tout changement de politique éditoriale ou rédactionnelle ».
« Si la gravité de la situation l’exige », les syndicats proposent que l’équipe rédactionnelle puisse « prendre l’initiative d’un scrutin de défiance » et ait la faculté de « saisir le comité d’entreprise ».

les syndicats exigent également que les entreprises de presse soient obligées de publier « toutes les informations relatives à la composition de leur capital et de leurs organes dirigeants » chaque année, ainsi qu’à chaque changement dans le statut, l’organigramme ou la composition du capital.
Ils exigent aussi que soient mentionnés dans chaque numéro les noms des principaux dirigeants et actionnaires. »

Les syndicats français veulent une presse à la Hugo Chavez!
Mais qui va contrôler les syndicats, le niveau intellectuel de chaque adhérent, les fonds détournés par les diverses caisses, leur appartenance politique ?

Laissons faire le lecteur, qu’il soit le financier, le juge, le jardinier ; lui seul saura faire le tri au milieu de toutes ces feuilles de choux…